Israël rouvre son seul point de passage pour les personnes avec Gaza

  • A
  • A
Début septembre, des milliers de Palestiniens avaient manifesté aux abords du terminal, endommageant des installations alentour.
Début septembre, des milliers de Palestiniens avaient manifesté aux abords du terminal, endommageant des installations alentour. © MAHMUD HAMS / AFP
Partagez sur :
Jeudi, le terminal d'Erez, seul lien physique de Gaza avec l'extérieur, a rouvert ses portes après avoir été fermé le 5 septembre dernier. 

Israël a rouvert jeudi matin le seul point de passage pour les Palestiniens entre la bande de Gaza sous blocus et son territoire, après une semaine de fermeture consécutive à des heurts à proximité, ont indiqué les autorités israéliennes.

Des installations endommagées début septembre. Israël avait annoncé le 5 septembre fermer le terminal d'Erez, mince lien physique avec l'extérieur pour les habitants de l'enclave palestinienne, le temps de réparer des dégâts causés la veille par des protestataires palestiniens. Le 4 septembre, des milliers de Palestiniens avaient manifesté aux abords du terminal. Des violences avaient opposé une partie d'entre eux aux soldats israéliens postés sur la frontière. Des installations alentour avaient été endommagées, au cours de cette protestation rare si près du terminal lourdement gardé.

Depuis la fermeture, Israël ne laissait plus passer que les cas humanitaires, comme des patients nécessitant des soins en Israël ou au-delà. Selon les autorités israéliennes, environ un millier de Gazaouis franchissent Erez chaque jour en temps normal : des malades, mais aussi des hommes d'affaires ou des étudiants.

Une ouverture tributaire des tensions entre Israël et le Hamas. Même si Israël n'accorde les permis qu'au compte-gouttes, Erez offre une relative ouverture pour les Palestiniens reclus dans l'enclave. Mais cette ouverture, dépendante des seules autorités israéliennes, est tributaire du niveau des tensions entre Israël et le mouvement islamiste Hamas qui dirige la bande de Gaza et ses alliés palestiniens. L'enclave n'a d'autre frontière qu'avec l'Egypte qui l'a maintenue fermée quasiment en permanence ces dernières années.