Indonésie : des avions de combat français atterrissent d'urgence à cause du mauvais temps

  • A
  • A
Les avions de la Marine française ont dû atterrir sur une base aérienne en Indonésie.
Les avions de la Marine française ont dû atterrir sur une base aérienne en Indonésie. © CHAIDEER MAHYUDDIN / AFP
Partagez sur :
Sept Rafale de la Marine française ont dû atterrir d'urgence samedi dans l'extrême nord de l'Indonésie en raison d'une "dégradation locale et subite des conditions météo". Ils ont ensuite rejoint le porte-avions français. 

Sept avions de combat de la Marine française ont été forcés d'atterrir en urgence samedi dans la province d'Aceh, dans l'extrême nord de l'Indonésie, en raison du mauvais temps, et ont depuis regagné le porte-avions français, selon les autorités militaires indonésienne et française.

"Une dégradation locale et subite des conditions météo a obligé une pontée de sept Rafale Marine à se dérouter vers un terrain en Indonésie", a indiqué lundi le porte-parole de la Marine française, le capitaine de vaisseau Bertrand Dumoulin, confirmant des informations données dimanche par l'armée indonésienne.

"Après les formalités diplomatiques et administratives d'usage, les avions sont tous rentrés sur le porte-avions" français Charles de Gaulle, en deux vagues successives, certains pilotes n'étant pas qualifiés pour l'appontage de nuit, a-t-il précisé.

Des avions déroutés

Les Rafale avaient réussi à atterrir en sécurité dans la province d'Aceh, sur la partie nord de l'île de Sumatra, après avoir participé à un exercice, avait annoncé dimanche un responsable de l'armée de l'air indonésienne. Ils avaient décollé du porte-avions français dans l'océan Indien, à cent milles marins à l'ouest de la zone économique exclusive de Sumatra, a précisé le chef de la base aérienne d'Aceh, Hendro Arief. 

Les avions ont ensuite été déroutés vers la base aérienne la plus proche, la base Sultan Iskandar Muda, à Aceh Besar. "Nous avons effectué une inspection de sécurité et de dédouanement. Tout était en ordre", a déclaré Hendro Arief. Les équipages ont tous coopéré et aucun d'entre eux ne portait d'armes, a-t-il ajouté.