Guinée-Bissau : 18 morts et 14 blessés dans une collision entre un camion et un minibus

  • A
  • A
Le minibus impliqué dans la collision était surchargé, selon les forces de l'ordre. (image d'illustration)
Le minibus impliqué dans la collision était surchargé, selon les forces de l'ordre. (image d'illustration) © SEYLLOU / AFP
Partagez sur :
Un camion transportant des briques et un minibus sont entrés en collision vers 20 heures à une vingtaine de kilomètres de Bissau, où les 14 blessés, dont 10 dans un état grave, ont été pris en charge.

Dix-huit personnes ont été tuées vendredi soir et 14 autres blessées, dont 10 grièvement en Guinée-Bissau, dans une collision frontale entre un camion transportant des briques et un minibus surchargé, ont indiqué des sources hospitalières et policières. L'accident s'est produit vers 20 heures (heure locale et GMT) au niveau de Bissauzinho, à 24 km à l'ouest de Bissau, sur la route nationale reliant la capitale à la province voisine de Biombo, selon des informations de la police.

Les deux chauffeurs tués sur le coup. "Le camion avait deux pneus crevés et roulait à vive allure lorsque le chauffeur a perdu le contrôle et heurté de plein fouet le minibus qui venait en sens inverse", a raconté un jeune homme témoin de l'accident. Sous le choc, le minibus s'est entièrement replié sur lui-même, a constaté sur place un journaliste. Selon des témoignages, des villageois sont arrivés rapidement pour tenter d'apporter les premiers secours et extraire les corps des véhicules. Le chauffeur du camion et celui du minibus sont morts sur le coup, selon des témoins.

Appels au don du sang. "Dix corps sans vie" ont été transportés à l'hôpital militaire de la ville voisine de Quinhamel, a indiqué un de ses médecins, Abu Camara. Un autre se trouve dans un poste sanitaire de la même localité, selon une autre source hospitalière. Les sept derniers ont été transportés en ambulances à l'hôpital central Simon Mendes de Bissau, selon cet établissement, qui a également pris en charge les 14 blessés, dont 10 se trouvaient dans un état grave. Les autorités de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest ont lancé dans la soirée des appels aux dons de sang