États-Unis : Sanders et Warren, dangereux socialistes ou candidats vraiment démocrates ?

, modifié à
  • A
  • A
Bernie Sanders défend l'instauration d'un impôt progressif sur la fortune. 3:05
Bernie Sanders défend l'instauration d'un impôt progressif sur la fortune. © AFP
Partagez sur :
Aux Etats-Unis, les candidats à la primaire démocrate Bernie Sanders et Elizabeth Warren sont souvent accusés d'importer un socialisme venu d'Europe. Pourtant, selon l'économiste français Gabriel Zucman, qui les conseille tous les deux, ces derniers ne font que renouer avec une tradition de "progressivité fiscale" typique des démocrates américains.
INTERVIEW

Un économiste français murmure à l'oreille des démocrates. Alors que Bernie Sanders vient de remporter la primaire démocrate dans l'Etat du New Hampshire, Gabriel Zucman était l'invité d'Europe 1 mercredi. Il s'est longuement exprimé sur le programme économique du sénateur du Vermont et sur celui de sa rivale d'Elizabeth Warren, deux candidats qu'il conseille lors de cette campagne. Selon lui, si ces programmes sont bien ambitieux et marqués à gauche, ils s'inscrivent aussi dans une tradition purement démocrate de redistributivité fiscale. Son livre Le Triomphe de l'injustice, co-écrit avec Emmanuel Saez et proposant une étude poussée du système fiscal américain, doit paraître jeudi.

"Leurs programmes sont très ambitieux en matière de redistribution fiscale", pose d'emblée Gabriel Zucman à propos de Bernie Sanders et Elizabeth Warren. L'économiste s'attarde quelques minutes sur le projet d'impôt progressif sur la fortune, défendu par le premier, qui illustre selon lui le volontarisme du candidat. Ce dernier prévoit notamment d'appliquer un taux initial de 1% dès 32 millions de dollars de revenus. Le taux culminerait à 8% sur les fortunes au-delà de 10 milliards de dollars. "Si on appliquait le 'barème Sanders' à la France, on recréerait un Impôt de solidarité sur la fortune [...] qui rapporterait 25 milliards d'euros par an, cinq fois plus que ce que rapportait l'ISF aboli en 2017", résume Gabriel Zucman.

Une invention américaine

Souvent malmenés pour leur ligne politique marquée à gauche, Sanders et Warren sont accusés d'importer un socialisme venu d'Europe. Accusations aux "relents Maccarthystes ridicules ", déplore Gabriel Zucman. L'économiste s'échine à prouver que la progressivité fiscale est presque une "invention américaine", ancrée dans la tradition politique du pays mais malmenée et oubliée depuis les réformes du président Reagan dans les années 1980. Loin d'être un extrémiste, Bernie Sanders défend, selon lui, un programme social-démocrate classique, impliquant une assurance maladie universelle et la baisse des frais d'inscription à l'université.

Reste que la victoire d'un tel programme est loin d'être acquise, Donald Trump semble toujours jouir du soutien de son électorat. Le professeur de l'université de Berkeley affirme que Bernie Sanders espère mobiliser des populations qui se sont abstenues lors du scrutin de 2016. "Sanders met la barre un peu à gauche donc peut-être qu’il va perdre des électeurs centristes, mais il va compenser ça par une mobilisation accrue des classes populaires, des jeunes, des minorités", veut croire Gabriel Zucman.

Europe 1
Par Antoine Cuny-Le Callet