Fin du mandat de Trump : "Tout le monde a peur de ce qui peut arriver"

  • A
  • A
Etats-Unis Biden Washington 0:45
L'investiture de Joe Biden a lieu le 20 janvier. © JIM BOURG / AFP
Partagez sur :
La fin du mandat de Donald Trump et l’investiture de Joe Biden auront lieu le 20 janvier. A quelques jours de cette date clé, la menace de nouvelles manifestations des militants pro-Trump reste bien présente. Avec la crainte que les violences soient encore plus importantes.
INTERVIEW

Joe Biden deviendra président des Etats-Unis le 20 janvier prochain. Mais que va-t-il se passer d’ici là ? Au lendemain de l’intrusion de militants pro-Trump au Congrès et des scènes de violences, Donlad Trump avait promis une transition "sans accroc" pour son successeur. Malgré tout, l’inquiétude persiste alors qu’il reste quelques jours à l’actuel président pour exercer son mandat. "Tout le monde en a peur", confirme Jean-Eric Branaa, spécialisé dans les questions politiques des États-Unis et invité d’Europe 1 dimanche matin.

"On entend parler d’un appel pour une manifestation armée"

"On n’a jamais eu un décompte qui parait aussi long. Les journées sont très longues. Ca fait très peur. On entend en ce moment parler d’un appel pour une manifestation armée pour dimanche prochain à Washington et peut-être dans d’autres villes des Etats-Unis. Tout le monde a peur de ce qui peut arriver", développe l’auteur de Joe Biden, le 3e mandat de Barack Obama. "On a bien compris que l’allumette flambe en ce moment et qu’elle est au-dessus d’un baril de poudre qui peut exploser à tout moment", ajoute-t-il.

Un délai trop court pour un éventuel impeachment 

Quant à une éventuelle destitution, cela semble improbable dans un délai si court.  "Sur l’impeachment réclamé par tous les démocrates, les Républicains y vont très doucement. Ils disent que ce qui s’est passé n’est pas bien, mais de là à aller à un impeachment peut-être pas, et une destitution encore moins. Il faut que les choses se fassent rapidement. On a vu par exemple des leaders comme Ted Cruz qui avait promis de contester et qui a finalement reculé".

Le parti démocrate a en effet exhorté Mike Pence de déclencher la quatrième section du 25e amendement de la Constitution, mais l’option n’aurait même pas été envisagée par le vice-président. De même pour la procédure d’impeachment, qui prend encore plus de temps, car elle nécessite le vote des deux chambres du Congrès.

Par ailleurs, Donald Trump a annoncé vendredi qu’il ne participerait pas à la prestation de serment de Joe Biden.

Europe 1
Par Léa Leostic