"A Hammamet, des établissements ont plus de 80% de leur activité qui repose sur Thomas Cook, ils risquent la faillite"

5:05
  • Copié
Julien Ricotta , modifié à
La faillite du voyagiste Thomas Cook va entraîner de lourdes pertes pour de nombreux hôtels. Certains pourraient même fermer leurs portes.

La faillite de Thomas Cook pourrait avoir de graves conséquences pour de nombreux hôteliers. A Hammamet, en Tunisie, plusieurs établissements risquent même de mettre la clé sous la porte. "Certains hôtels risquent une faillite. Des établissements ont 80 à 90% de leur activité qui repose sur Thomas Cook. Les répercussions de la faillite de Thomas Cook pourraient entraîner des faillites d’hôtels un peu partout en Méditerranée", redoute Medhi Allani, patron d’un hôtel à Hammamet et président de la Fédération régionale de l'hôtellerie de la région de Nabeul-Hammamet, mardi au micro d’Europe 1.

"En moyenne, Thomas Cook représente un tiers de mon chiffre d’affaires annuel. Beaucoup de mes confrères et moi avons fait le calcul. Nous avons un arriéré de factures impayées qui date de la fin juin jusqu’à aujourd’hui, c’est la période la plus importante pour les hôtels balnéaires, où on fait l’essentiel de nos revenus. A Hammamet, ils doivent en tout entre 60 et 70 millions d’euros", détaille-t-il. 

Medhi Allani estime cependant que la faillite de Thomas Cook ne devrait pas entraîner la fermeture de son hôtel. "Ils me doivent un peu moins d’un million d’euros. Mais une bonne partie de ma clientèle est locale, et c’est certainement cela qui va permettre la survie de mon établissement."