Essai nucléaire nord-coréen : Macron appelle la communauté internationale à réagir "avec la plus grande fermeté"

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron condamne l'essai nucléaire réalisé par la Corée du Nord.
Emmanuel Macron condamne l'essai nucléaire réalisé par la Corée du Nord. © Daniel MIHAILESCU / AFP
Partagez sur :
Le chef de l'État a réagi au nouvel essai nucléaire nord-coréen en réclament une réaction rapide et ferme de l'ONU et de l'Union européenne.

Emmanuel Macron a appelé dimanche le Conseil de sécurité de l'ONU à réagir "rapidement" à l'essai nucléaire annoncé par la Corée du Nord, qu'il condamne "avec la plus grande vigueur". Dans un communiqué publié par l'Élysée, le chef de l'État a dit également souhaiter "une réaction unie et claire de l’Union européenne".

Violation du droit international. "Le président de la République, Emmanuel Macron, condamne avec la plus grande vigueur le nouvel essai nucléaire effectué cette nuit par la Corée du Nord, qui fait suite à une série d’essais de missiles balistiques confirmant la volonté répétée de Pyongyang de porter atteinte à la paix et la sécurité internationales", lit-on dans le communiqué. Il "appelle les membres du Conseil de sécurité des Nations unies à réagir rapidement à cette nouvelle violation par la Corée du Nord du droit international, du régime de non-prolifération nucléaire et des résolutions du Conseil". Enfin, il "souhaite également une réaction unie et claire de l’Union européenne."

Reprendre la voie du dialogue. Pour Emmanuel Macron, "la communauté internationale doit traiter cette nouvelle provocation avec la plus grande fermeté, afin d'amener la Corée du Nord à reprendre sans condition la voie du dialogue et à procéder au démantèlement complet, vérifiable et irréversible de ses programmes nucléaires et balistiques."

Macron et Merkel à l'unisson. Un peu plus tard, le président français s'est associé à la chancelière allemande Angela Merkel pour réclamer "un durcissement" des sanctions de l'Union européenne contre la Corée du Nord suite à son essai d'une bombe à hydrogène, a indiqué dimanche le gouvernement allemand. Lors d'une conversation téléphonique, les deux dirigeants allemand et français ont jugé que "la dernière provocation en date du dirigeant à Pyongyang a atteint une nouvelle dimension".