Espagne : le parlement catalan convoque un référendum d'autodétermination

, modifié à
  • A
  • A
Le Parlement catalan a adopté à une large majorité la loi prévoyant un référendum. © LLUIS GENE / AFP
Partagez sur :

Ce vote, adopté à une large majorité, ouvre une grave crise avec le pouvoir central de Madrid. 

Le gouvernement séparatiste catalan a signé mercredi soir un décret convoquant un référendum d'autodétermination dans cette région du nord-est de l'Espagne pour le 1er octobre. Le texte, ouvrant une très grave crise avec le pouvoir central, a été signé par l'ensemble du cabinet, pour marquer son union face aux menaces de poursuites judiciaires qui pèsent sur ses membres.

La loi, qui a permis la signature de ce décret, a été adoptée peu auparavant par le parlement régional avec 72 voix pour et onze abstentions. Les élus de l'opposition ont quitté l'hémicycle pour ne pas participer au vote, laissant derrière eux des drapeaux catalans et espagnols côte à côte.

Une grave politique. Par tous les moyens, l'opposition a tenté de freiner les séparatistes majoritaires au parlement depuis septembre 2015. Le gouvernement indépendantiste de Catalogne a tout de même signé le décret convoquant le référendum pour le 1er octobre, en dépit de son interdiction par la Cour constitutionnelle.

A peine trois semaines après les attentats des 17 et 18 août qui ont fait 16 morts et plus de 120 blessés en Catalogne, l'Espagne est ainsi confrontée à une de ses pires crises politiques en 40 ans, dans cette région du nord-est. "C'est un coup de force contraire à la démocratie", avait dénoncé en milieu de journée la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria.

La Cour constitutionnelle saisie. La vice-présidente du gouvernement espagnol a annoncé la saisine de la Cour constitutionnelle pour tenter de faire annuler les débats, puis le vote de la loi. La Cour n'examinera pas cette demande avant jeudi 10H (8H GMT), a précisé une porte-parole de la juridiction.

Les séparatistes veulent consulter les Catalans pour déterminer si leur région de 7,5 millions d'habitants -16% de la population espagnole- doit devenir "un Etat indépendant sous forme de République", quarante ans après le retour complet à la démocratie. Si les indépendantistes remportaient le référendum, ce territoire grand comme la Belgique et pesant 20% du PIB espagnol chercherait à se séparer de l'Espagne, mais sans consentement mutuel.