Ebola-RDC : 4 nouveaux cas, dont 2 membres du personnel soignant

, modifié à
  • A
  • A
ebola rdc congo 1280
Pour le moment, cette résurgence d'Ebola, qui a fait 17 morts, est limitée à la région de Bikoro située au nord-est de Kinshasa. Image d'illustration. © JOHN WESSELS / AFP
Partagez sur :
Ces quatre nouveaux cas ont été enregistrés mercredi dans la région de Bikoro, au nord-est de Kinshasa. 

Quatre nouveaux cas d'Ebola  parmi lesquels deux membres du personnel soignant ont été enregistrés mercredi à Bikoro, épicentre de la nouvelle épidémie qui s'est déclarée dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo, selon une source hospitalière.

La maladie circonscrite dans une région. "Quatre nouvelles personnes sont contaminées par la maladie à virus Ebola parmi lesquelles deux (membres du) personnel soignant qui étaient en contact avec des malades", a déclaré le Dr Serge Ngalebato, médecin directeur de l'hôpital général de Bikoro. La maladie circonscrite dans la région de Bikoro située au nord-est de Kinshasa, à la frontière avec le Congo-Brazzaville, a déjà fait 17 morts pour 25 cas.

L'OMS débloque un million de dollars. Les autorités congolaises et leurs partenaires ont indiqué mercredi qu'ils organisaient la réponse face à cette nouvelle épidémie de fièvre hémorragique Ebola. L'Organisation mondiale de la Santé "a débloqué un million de dollars" pour "stopper la propagation d'Ebola dans les provinces et les pays voisins", a indiqué un représentant de l'agence humanitaire des Nations unies (Ocha) à la presse. De son côté, le gouvernement nigérian s'est dit "préoccupé" mercredi par cette nouvelle épidémie d'Ebola en RDC, la neuvième à frapper le pays. "Nous allons désormais passer au crible toutes les personnes arrivant de RDC et des pays voisins", a déclaré Isaac Adewole, ministre nigérian de la Santé à l'issue du conseil des ministres. 

11.300 morts de 2013 à 2016. La dernière épidémie en RDC remonte à 2017. Rapidement circonscrite, elle avait fait officiellement quatre morts. L'épidémie d'Ebola la plus violente de l'histoire avait frappé l'Afrique de l'Ouest entre fin 2013 et 2016, causant plus de 11.300 morts sur quelque 29.000 cas recensés, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.