Démantèlement d'un réseau international de cocaïne, 30 personnes arrêtées

  • A
  • A
La cocaïne, fabriquée dans le sud de la Colombie, était expédiée sur des vols commerciaux. (Photo d'illustration)
La cocaïne, fabriquée dans le sud de la Colombie, était expédiée sur des vols commerciaux. (Photo d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Le réseau, qui expédiait la drogue vers l'Europe, les États-unis et l'Océanie, a été démantelé lors d'une opération internationale préparée pendant six mois. 

Un réseau de narco-trafiquants, qui expédiait de la cocaïne via des vols commerciaux depuis la Colombie vers l'Europe, les États-Unis et l'Océanie, a été démantelé et 30 personnes arrêtées lors d'une opération internationale, a annoncé jeudi la police colombienne. Onze personnes ont été interpellées en Colombie, dix en Espagne, six en Australie et trois aux États-Unis.

Ce réseau était dirigé par un Espagnol, Jorge Juan Merlo, alias "Mono" ou "Palido", qui fait l'objet de 32 procédures judiciaires pour trafic de drogue dans les pays où a été menée l'opération, a précisé la police dans un communiqué. Il a été arrêté en Colombie, avec sept autres personnes, pour trafic de drogue, fabrication ou détention de stupéfiants, et association de malfaiteurs. Au total 790 kilos de cocaïne, 10 véhicules, plus de 200.000 dollars en espèce, 21 téléphones portables, une arme à feu et huit passeports ont en outre été saisis dans les différents pays où s'est déroulée l'opération.

La cocaïne était expédiée sur des vols commerciaux. Le réseau était basé dans le département colombien du Valle del Cauca, sur la côte Pacifique, ainsi qu'à Bogota. La cocaïne, fabriquée dans le sud de la Colombie, était expédiée sur des vols commerciaux et payée par l'intermédiaire de maisons de change. En un seul voyage, un passager pouvait emporter près de 60 kilos de drogue dissimulée dans ses valises, selon la même source.

Six mois de préparation. L'opération, préparée pendant six mois, a été menée en collaboration avec l'agence américaine de l'immigration et des douanes (ICE), le Parquet colombien, ainsi que les autorités espagnoles et australiennes. Malgré quatre décennies de lutte contre le trafic de drogues, la Colombie reste le premier producteur mondial de cocaïne et les États-Unis le principal consommateur.