Coronavirus : la Chine suspend l’enquête sur l’origine de la pandémie

  • A
  • A
laboratoire 1:30
La visite des scientifiques de l'OMS en Chine il y a quelques mois n'a pas permis de trouver l'origine de la pandémie. © HECTOR RETAMAL / AFP
Partagez sur :
Transmission d'un animal sauvage ou encore fuite depuis un laboratoire, le mystère sur l'origine du coronavirus reste entier. Et il pourrait bien le demeurer encore longtemps : la Chine a décidé de pas poursuivre l'enquête initiée par les experts internationaux de l'OMS sur la genèse de la pandémie.  

L'origine du Covid-19 sera-t-elle percée un jour ? Pour l'heure, les recherches sont à l'arrêt : la Chine a vivement rejeté la demande de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de mener une nouvelle enquête sur son sol. Le pays d'Asie est accusé par plusieurs Etats, avec les États-Unis en tête de file, d'avoir laisser fuiter le coronavirus de l'un de ses laboratoires situé à Wuhan, fin 2019. Une supposition violemment critiquée par Pékin. Cette nouvelle enquête est une marque "d'arrogance" voire même "un manque de respect" selon le régime de Xi Jinping. 

L'Institut de virologie de Wuhan "n'a jamais mené de recherches" sur les coronavirus

Le 31 décembre 2019, la Chine révélait à l'OMS l'existence d'un foyer de pneumonie virale inconnue sur son sol. Un an et demi plus tard, plus de 4 millions de personnes sont mortes du coronavirus dans le monde. Mais il est toujours impossible de savoir d'où vient le virus. Même si les premiers cas sont apparus dans la province de Wuhan, le régime du président Xi Jinping n'admet pas pour autant que le coronavirus soit d'origine chinoise et a même laissé entendre qu'il aurait pu être importé dans le pays.

Du côté de l'OMS, la piste de l'accident de laboratoire fait son chemin. Le chef de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé la semaine dernière un audit des laboratoires dans les régions où les premiers cas de coronavirus ont été identifiés. Les laboratoires visés se trouvent bien évidemment à Wuhan : le fameux P4 mais aussi plusieurs laboratoires P3. Jeudi, Pékin a fustigé cette proposition et s'est dit "extrêmement surpris". Elle révèle un "manque de respect pour le bon sens et une arrogance envers la science", a estimé devant la presse le vice-ministre chinois de la Santé, Zeng Yixin. L'Institut de virologie de Wuhan "n'a jamais mené de recherches" sur les coronavirus, a-t-il assuré aux journalistes.

La Chine accuse... un laboratoire américain

Depuis, le divorce entre l'OMS et la Chine est prononcé : Pékin refuse de poursuivre l'enquête initiée par les scientifiques de l'OMS sur les origines de la pandémie. Les recherches avaient commencé en février dernier. Les experts internationaux avaient jugé "extrêmement improbable" que le virus provienne d'un laboratoire, privilégiant la piste d'une contamination naturelle par des animaux. Une conclusion mise en doute par Washington qui accuse le chef de l'OMS d'être trop complaisant avec Pékin.

La Chine s'en défend et critique à son tour un manque de transparence des Etats-Unis. Responsables chinois comme médias d'Etat pointent du doigt en particulier le laboratoire de Fort Detrick près de Washington, comme étant à l'origine du Covid-19. Ce site est au cœur de la recherche américaine contre le bioterrorisme. Selon le Global Times, quotidien chinois au ton résolument nationaliste, 5 millions d'internautes avaient signé mercredi une pétition pour l'ouverture d'une enquête sur Fort Detrick. La controverse risque d'être au menu des discussions qu'aura en Chine à partir de dimanche la vice-secrétaire d'Etat Wendy Sherman, la plus haute responsable américaine à se rendre dans le pays depuis l'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche.

Europe 1
Par Sébastien Le Belzic, édité par Manon Bernard avec AFP