Carole Abescat, dont le mari est mort dans un attentat en Arabie Saoudite : le Dakar "remue toute cette souffrance"

  • A
  • A
Le Dakar s'est tenu en Arabie Saoudite (photo d'archives).
Le Dakar s'est tenu en Arabie Saoudite (photo d'archives). © FAYEZ NURELDINE / AFP
Partagez sur :
"Dès que j'ai su que le Dakar allait se dérouler en Arabie Saoudite, ça a été assez difficile à vivre pour moi", confie au micro de Sophie Larmoyer Carole Abescat, dont le mari a été tué dans un attentat en 2007, dans le désert saoudien. "Un hommage nous aurait fait du bien", ajoute-t-elle. 
INTERVIEW

Le Dakar s'est achevé cette semaine, avec la victoire de l'Espagnol Carlos Sainz. Mais Carole Abescat n'a toujours pas digéré la tenue de cette course, organisée cette année en Arabie Saoudite, sans hommage à son mari, tué au côté de trois autres personnes dans un attentat dans le désert saoudien, en 2007. "Dès que j'ai su que le Dakar allait se dérouler en Arabie Saoudite, ça a été assez difficile à vivre pour moi", témoigne-t-elle au micro de Sophie Larmoyer sur Europe 1. 

 

"Je n'ai pas vraiment compris ce qui se passait mais mon corps avait un peu de mal à accepter tout ça", poursuit Carole Abescat. "Tout remonte, la blessure est plus forte. C'est un terrain de jeu là où pour nous, ça a été le basculement de notre vie et c'est assez douloureux."

"Cette course là, au milieu..."

La Française déplore également l'absence de manifestation en mémoire de son mari en marge de l’événement. "Un hommage nous aurait fait du bien, pour les respecter", assure-t-il. "On se bat depuis 13 ans maintenant pour obtenir réparation, on attend une reconnaissance de nos droits et évidemment, cette course, là au milieu, ça remue toute cette souffrance."

La course était d'autant plus douloureuse que le mari de Carole Abescat "avait ses posters dans sa chambre, il faisait beaucoup de moto", se souvient-elle. "C'est un milieu qu'on aimait beaucoup, c'est d'autant plus difficile de voir des gens passer sur les traces et faire comme s'il n'existait pas." 

Europe 1
Par Margaux Lannuzel