Cambridge Analytica : les annonceurs demandent des explications à Facebook

, modifié à
  • A
  • A
Certains annonceurs "ont décidé de suspendre, par précaution, leurs investissements publicitaires" destinés à Facebook
Certains annonceurs "ont décidé de suspendre, par précaution, leurs investissements publicitaires" destinés à Facebook © EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :
Le réseau social est également sommé de s'expliquer sur la protection des données personnelles auprès du régulateur américain du commerce. 

Facebook toujours dans l’œil du cyclone. L'Union des annonceurs, qui représente plus de 1.000 marques en France, a demandé des explications au réseau social, après une vaste polémique autour de l'utilisation de données privées par la société Cambridge Analytica. A la suite de ces révélations, certains annonceurs "ont décidé de suspendre, par précaution, leurs investissements publicitaires" destinés à Facebook, précise l'organisation dans un communiqué publié lundi. L'UDA a "sollicité une rencontre immédiate avec Facebook afin d'obtenir des explications sur les liens éventuels entre les données qui ont fait l'objet des fuites et celles collectées par la plateforme au travers de ses activités publicitaires". Le responsable de Facebook pour l'Europe du Sud, Laurent Solly, a accepté une rencontre jeudi avec l'UDA et des annonceurs, ces derniers se montrant "très déçus et inquiets", selon les termes de l'organisation.

"Contrôler l'utilisation de ses données". Le consommateur "doit pouvoir choisir et contrôler l'utilisation de ses données à tout moment", insiste Etienne Lecomte, président de l'UDA, cité dans le communiqué. "L'UDA, en lien avec la Fédération mondiale des annonceurs, travaille à la réalisation d'un écosystème qui place le consommateur au cœur des préoccupations de tous", dans le cadre de l'application de la nouvelle réglementation européenne sur les données personnelles, ajoute-t-il. Les marques "espèrent que les plateformes participeront à ce nouvel écosystème en prenant les responsabilités qui leur incombent compte tenu du volume important de données qu'ils traitent et de leurs positions fortes sur le marché publicitaire", conclut Etienne Lecompte.

Ouverture d'une enquête. Le régulateur américain du commerce (FTC) a confirmé lundi qu'il avait ouvert une enquête sur la protection des données privées par Facebook faisant à nouveau plonger le titre du groupe fondé par Mark Zuckerberg. "La FTC prend très au sérieux les récentes publications de presse s'inquiétant des pratiques de Facebook en matière de protection de la vie privée", a indiqué Tom Pahl, le directeur par intérim du Bureau de protection des consommateurs de l'organisation.