Brexit : une application mobile pour les démarches des Européens souhaitant rester au Royaume-Uni

, modifié à
  • A
  • A
Près de 3,5 millions de citoyens européens vivent actuellement au Royaume-Uni. © Paul ELLIS / AFP
Partagez sur :

Londres lance lundi une application mobile pour permettre aux résidents européens installés au Royaume-Uni d'effectuer les démarches nécessaires pour rester dans le pays après le Brexit. 

Le gouvernement britannique lance lundi une application mobile sur laquelle les résidents européens installés au Royaume-Uni peuvent effectuer leur demande pour rester dans le pays après le Brexit. Près de 3,5 millions de citoyens européens vivent actuellement au Royaume-Uni. Ils devront demander le statut de "résident permanent" ("settled status" en anglais), pour continuer à travailler ou toucher des prestations sociales lorsque le pays aura rompu ses liens avec l'Union européenne (UE).

Une procédure simplifiée. Le ministère de l'Intérieur a assuré vouloir simplifier la procédure au maximum. Sur l'application - qui ne fonctionne pas encore sur iPhone -, les usagers sont invités à prendre en photo leur passeport biométrique et leur visage pour confirmer leur identité. Ils sont ensuite dirigés vers un site internet pour renseigner leur adresse, et peuvent donner leur accord pour une vérification de leur situation fiscale, afin de confirmer leur adresse. Troisième étape, ils doivent déclarer leur casier judiciaire. Une lourde condamnation peut aboutir à un rejet de la demande.

Après une phase de test de l'application, conduite entre novembre et décembre auprès de 30.000 personnes, le ministère a annoncé des premiers résultats : 81% des demandes ont été traitées dans un délai d'une semaine. Si aucun dossier n'a été refusé, presque 10% d'entre eux restaient sans réponse trois semaines après la fin du test. "Nous sommes sur la bonne voie", a réagi la secrétaire d'État à l'Immigration, Caroline Nokes.

Jusqu'à 6.000 requêtes attendues quotidiennement. Mais certaines voix s'élèvent pour exprimer des inquiétudes devant le nombre de requêtes quotidiennes qui pourraient être soumises, jusqu'à 6.000 selon certaines estimations. Le Home Office a engagé 1.900 personnes pour répondre à cette nouvelle charge de travail.

"C'est un test important pour le ministère, les enjeux sont élevés", juge Jill Rutter, spécialiste des questions migratoires au centre de réflexion British Future. "Si tout se passe bien, le Royaume-Uni enverra le message fort que les Européens sont les bienvenus, et que le gouvernement contrôle la situation. Si cela se passe mal, les conséquences seront terribles", prévient-elle.

Des discussions avec Apple. La procédure coûte 65 livres (74 euros), soit le prix d'un passeport. Elle est gratuite pour ceux disposant déjà du statut de résident permanent. À partir du 30 mars, les demandes pourront également se faire par courrier ou dans des administrations locales. Des discussions se poursuivent avec Apple pour permettre aux usagers d'un iPhone d'accéder à l'application.

Si un accord de sortie est trouvé entre Londres et Bruxelles, les citoyens européens arrivés avant fin 2020 pourront réclamer le statut de résident permanent, à condition d'en faire la demande avant le 30 juin 2021. Sans accord, seuls les expatriés installés avant la date du Brexit, soit le 29 mars 2019, pourront le faire, jusqu'à la date limite du 31 décembre 2020.