Brexit : le chef de la diplomatie britannique juge possible une renégociation avec les Européens

  • A
  • A
Jeremy Hunt, le ministre britannique des Affaires étrangères.
Jeremy Hunt, le ministre britannique des Affaires étrangères. © AFP
Partagez sur :
Le ministre britannique des Affaires étrangères, candidat à la succession de la Première ministre Theresa May, s'est dit convaincu qu'une renégociation était possible.

En Grande-Bretagne, la course à la succession de la Première ministre Theresa May se poursuit et son issue aura de lourdes conséquences sur le Brexit. Jeremy Hunt, le ministre britannique des Affaires étrangères, candidat au poste de Theresa May, s'est dit convaincu qu'une renégociation était possible pour éviter un Brexit sans accord.

"La bonne approche sur le sujet"

La chancelière allemande "a dit que, bien sûr, avec un nouveau Premier ministre britannique, nous (les 27 autres États de l'UE, ndlr) voudrions examiner toutes les solutions que vous avez" à proposer, a-t-il affirmé sur la chaîne de télévision Sky News, relatant une conversation avec Angela Merkel en marge des commémorations du Débarquement en Normandie. "Je suis absolument sûr que si nous adoptions la bonne approche sur ce sujet, les Européens seraient prêts à négocier", a-t-il ajouté.

Le controversé "backstop"

Le ministre n'a pas précisé s'il faisait allusion à une renégociation de l'accord de sortie de l'UE conclu entre Londres et Bruxelles et rejeté par le parlement britannique - auquel les 27 n'entendent pas retoucher - ou de la Déclaration politique dessinant les contours de la relation post-Brexit. L'UE a fait savoir par le passé qu'elle était prête à rediscuter de cette Déclaration si Londres revoyait ses positions sur l'union douanière ou l'accès au marché unique. L'accord de Brexit contient notamment la disposition très controversée du "filet de sécurité", ou "backstop", qui prévoit en dernier recours le maintien de tout le Royaume-Uni dans une union douanière pour éviter une frontière physique en Irlande.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP