Elections législatives au Royaume-Uni : Boris Johnson a gagné son pari, mais il reste des inconnues

, modifié à
  • A
  • A
Boris Johnson devrait pouvoir faire voter le Brexit sans obstacles en janvier. Mais après ? 1:31
Boris Johnson devrait pouvoir faire voter le Brexit sans obstacles en janvier. Mais après ? © Daniel LEAL-OLIVAS / AFP
Partagez sur :
Avec la majorité absolue des sièges à la Chambre des communes, Boris Johnson et le Parti conservateur n'auront plus d'obstacle au vote du Brexit fin janvier. Mais après ? Sara Hobolt, spécialiste de politique européenne, rappelle au micro d'Europe 1 que de nombreuses questions doivent encore être éclaircies.

"Rejoice" ! Ce mot, et la joie de Boris Johnson en Une vendredi matin du Daily Mail, avec une photo du Premier ministre britannique le pouce levé. Les conservateurs remportent les élections législatives avec une majorité absolue et plus de 350 sièges sur 650. Le Brexit est donc bel et bien sur les rails après trois ans et demi d'impasse et rien ne s'oppose à la sortie des Britanniques de l'Union européenne.

Il n'y a effectivement plus aucune raison pour que l'accord de Boris Johnson ne passe pas : il a une majorité absolue et tous les députés conservateurs ont promis pendant la campagne qu'ils voteraient "pour" une fois au Parlement. Le Premier ministre souhaite aller très vite : les parlementaires vont examiner le texte avant Noël et voter "pour" en janvier, mais ce n'est que le début du processus.

"Il reste encore des questions sans réponse"

"La Grande-Bretagne aura légalement quitté l'Union Européenne, mais il reste encore plein de questions sans réponse. Il va falloir des négociations sur les accords commerciaux, donc même si la première partie du Brexit - le divorce avec l'Union Européenne - est fait, il faudra s'attaquer à des grands problèmes et déterminer quelle sera la relation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne dans le futur", rappelle Sara Hobolt, spécialiste de politique européenne.

Tout ne sera donc pas fait du jour au lendemain : dès la confirmation en janvier, le pays entrera dans une période de transition qui doit durer onze mois pour mettre en place les accords commerciaux, ou la sécurité aux frontières. Le Premier ministre a promis que tout serait prêt pour fin décembre 2020. Boris Johnson espère présenter son texte aux députés avant Noel.

Europe 1
Par Joanna Chabas, édité par Séverine Mermilliod