Au téléphone avec un enfant de 7 ans, Donald Trump remet en cause l'existence du Père Noël

, modifié à
  • A
  • A
Le couple présidentiel a passé une partie de son réveillon à répondre aux appels des enfants.
Le couple présidentiel a passé une partie de son réveillon à répondre aux appels des enfants. © SAUL LOEB / AFP
Partagez sur :
Lors de la traditionnelle séance de réponse au téléphone aux enfants pour le réveillon de Noël, Donald Trump a demandé à un enfant américain s'il croyait encore au Père Noël. 

C'est une tradition aux États-Unis. Le soir du réveillon de Noël, les enfants peuvent suivre la tournée du Père Noël sur Internet. Nombre d'entre eux, qui souhaitent avoir plus d'informations sur sa progression, n'hésitent pas à appeler ou envoyer des mails. Lundi soir, Donald Trump et sa femme Melania ont donné un petit coup de pouce afin de répondre à ces multiples appels. Une activité que Melania semble apprécier particulièrement, comme elle l'a écrit sur Twitter : "Aider les enfants à suivre le Père Noël à travers le pays est en train de devenir l'une de mes traditions préférées !"

Comme le montre la vidéo captée par le site The Dailybeast, le président et sa femme sont devant les caméras, à la Maison-Blanche, à côté d'un énorme sapin de Noël. Tout se passe bien, jusqu'à ce coup de fil de Coleman, un jeune Américain de 7 ans.

"Crois-tu encore au Père Noël ? Parce qu’à 7 ans, c’est plutôt rare, hein ?" Après quelques échanges d'usage, Donald Trump demande à l'enfant : "Crois-tu encore au Père Noël ? Parce qu’à 7 ans, c’est plutôt rare, hein ?" Si l'on n'entend pas la réponse de Coleman, une chose est sûre, elle fait rire le président qui enchaîne : "Allez, profite bien !"

S'il est impossible de savoir si cette remarque a gâché le réveillon du jeune garçon, on sait en revanche que Donald Trump n'était pas ravi du sien. Le président a en effet tweeté : "Pauvre de moi, je suis tout seul à la Maison-Blanche, attendant que les démocrates viennent signer un accord."

Une référence au shutdown en vigueur depuis samedi, une paralysie partielle des administrations fédérales américaines, après l'échec des tentatives de compromis entre le Congrès et la Maison-Blanche sur le budget et le financement d'un mur à la frontière mexicaine voulu par Donald Trump.