Grande-Bretagne : après 10 ans à son poste, John Bercow, le truculent speaker des Communes, fait ses adieux

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Il a assuré pendant dix ans la présidence de la Chambre des Communes, et les débats parfois houleux à Westminster, notamment sur le Brexit. Jamais il n'a hésité à donner de sa personne. Un personnage haut en couleurs (comme ses cravates) tire sa révérence.

Il a géré tous les grands débats autour du Brexit : John Bercow, le speaker du Parlement britannique, l'équivalent du président de l'Assemblée, s'arrête après 10 ans à ce poste le 31 octobre au soir. Mercredi, des élus de tous bords politiques lui ont rendu un dernier hommage à la Chambre des Communes. Cet homme politique conservateur était un personnage haut au couleur et surtout bruyant, célèbre pour ses "order, order!" retentissants. 

Le visage rouge, une voix qui pourrait casser à tout moment, c'était ça, la signature de John Bercow. Cet homme petit, moins d’un mètre 70, savait se faire entendre et voir : avec son costume, toujours une cravate multicolore, à formes géométriques ou encore fleurie. A sa manière il a toujours su gérer les députés depuis son élection en 2009.

"Calmez-vous, faites du yoga… Vous devez écrire mille fois 'je serai sage pendant les questions au Premier ministre'… Vous devez vous calmer si vous devez prendre un traitement pour ça, faites !", avait-il par exemple lancé à des députés un peu trop dissipés. 

Un art pour casser les parlementaires, salué hier par le Premier Ministre Boris Johnson : "Vous êtes resté assis, avec votre visage fermé, à la Tony Montana… comme une incontrôlable machine qui lance plein de balles de tennis qu’on ne peut littéralement pas renvoyer; que des volées et des smashs."

Mais derrière la performance, John Bercow avait un rôle politique : il choisissait quel amendement le Parlement pourrait voter, avait notamment refusé que les députés revoient l’accord trouvé par l’ancienne Première ministre Theresa May, et s’était mis les pro-Brexit à dos. Mais même ses détracteurs le reconnaissent : le personnage John Bercow sera difficile à remplacer. 

Europe 1
Par Joanna Chabas, édité par Séverine Mermilliod