Affaire Khashoggi : Le Drian dit “ne pas avoir connaissance” d'informations turques, Ankara réagit vivement

, modifié à
  • A
  • A
Jean-Yves Le Drian a indiqué lundi "ne pas avoir connaissance" d'informations turques sur le meurtre à Istanbul début octobre de Jamal Khashoggi.
Jean-Yves Le Drian a indiqué lundi "ne pas avoir connaissance" d'informations turques sur le meurtre à Istanbul début octobre de Jamal Khashoggi. © TOBIAS SCHWARZ / AFP
Partagez sur :
La Turquie a vivement dénoncé comme "inacceptables" lundi les propos du ministre français des Affaires étrangères. 

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a indiqué lundi "ne pas avoir connaissance" d'informations turques sur le meurtre à Istanbul début octobre de l'éditorialiste saoudien Jamal Khashoggi. Une déclaration qui a déclenché la réprobation d'Ankara.

En cause, des enregistrements possédés par Ankara. Les propos du ministre français contredisent des déclarations du président turc Recep Tayyip Erdogan qui avait affirmé samedi avoir partagé avec Washington, Berlin, Paris et Londres des enregistrements portant sur le meurtre de Jamal Khashoggi. "Pour l'instant, je n'ai pas connaissance" d'informations transmises par la Turquie, a pour sa part assuré Jean-Yves Le Drian sur la chaîne France 2. "Si le président turc a des informations à nous donner, il faut qu'il nous les donne", a-t-il ajouté. Interrogé sur l'éventualité d'un mensonge du président turc sur ce point, le chef de la diplomatie française a juste observé que ce dernier avait "un jeu politique particulier dans cette circonstance".

Pour Ankara, des propos "inacceptables". La Turquie a vivement dénoncé comme "inacceptables" lundi les propos du ministre français des Affaires étrangères. "Nous jugeons inacceptable qu'il accuse le président Erdogan de 'jouer à un jeu politique'", a déclaré le directeur de la communication de la présidence turque Fahrettin Altun, ajoutant qu'Ankara avait bien partagé avec la France des "preuves" liées au meurtre de Khashoggi.

Le corps toujours introuvable. Plus d'un mois après sa mort, le corps de Jamal Khashoggi n'a toujours pas été retrouvé. Cet éditorialiste saoudien critique du pouvoir à Ryad, qui écrivait notamment pour le Washington Post, a été tué le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul où il s'était rendu pour effectuer des démarches administratives. Après avoir d'abord fermement nié son meurtre, les autorités saoudiennes ont fini par affirmer que le journaliste avait été tué au cours d'une opération "non autorisée" par Ryad. "La vérité n'est pas au rendez-vous, le compte n'y est pas", a estimé Jean-Yves Le Drian, à propos des circonstances de cet assassinat.