États-Unis : Donald Trump aurait demandé à son avocat Michael Cohen de mentir devant le Congrès

, modifié à
  • A
  • A
Michael Cohen et Donald Trump (1280x640) TIMOTHY A. CLARY, NICHOLAS KAMM / AFP
Ancien homme de confiance de Donald Trump, Michael Cohen est aujourd'hui devenu l'un de ses pires ennemis. © TIMOTHY A. CLARY, NICHOLAS KAMM / AFP
Partagez sur :

Le site Buzzfeed révèle que le président des États-Unis aurait demandé à Michael Cohen de mentir au sujet d'un projet de construction d'une Trump Tower à Moscou.

Alors que Donald Trump va fêter dimanche sa deuxième année passée à la Maison-Blanche, l'affaire russe continue d'empoisonner son mandat. Dernier rebondissement en date, jeudi soir, avec la publication d'un article de Buzzfeed. Écrit par deux noms du journalisme d'investigation aux États-Unis, cet article explique que l'actuel président des États-Unis aurait demandé à son ancien avocat, Michael Cohen, de mentir au sujet d'un projet immobilier de construction d'une Trump Tower à Moscou peu avant l'élection présidentielle de 2016. Fin novembre, Michael Cohen, qui a écopé d'une peine de trois ans de prison pour évasion fiscale, faux témoignage et violation des lois sur la campagne électorale, avait déjà reconnu avoir menti lors d'une audience devant un tribunal fédéral de Manhattan sur ce projet immobilier en Russie. La nouveauté, ici, est que ce serait le futur président en personne qui le lui aurait demandé, afin d'écarter les soupçons de collusion entre son équipe de campagne et la Russie.  Et ça pourrait tout changer.

"Occupez-vous en". D'après Buzzfeed, Donald Trump aurait soutenu un projet de rencontre entre Vladimir Poutine et lui, mis en place par Michael Cohen, et qui devait permettre d'accélérer le dossier de la Trump Tower. "Occupez-vous en", aurait dit Trump à Cohen, selon les sources de Buzzfeed, deux agents fédéraux impliqués dans l'enquête. Donald Trump, mais également ses enfants, Ivanka et Donald Jr, auraient reçu des mises à jour régulières sur le dossier, pris en main par Michael Cohen. Ivanka était même censée gérer un spa dans la tour et aurait même recommandé un architecte. Un porte-parole de la fille du président a indiqué qu'elle avait été "impliquée a minima" sur ce projet. Ce que dément Buzzfeed, qui s'appuie sur des documents de travail, où Ivanka Trump aurait conseillé à Michael Cohen de solliciter un athlète russe afin de faire décoller le projet. Qui ne verra finalement jamais le jour…

Lors de son audition devant le Congrès, Michael Cohen avait indiqué que ce projet immobilier en Russie avait été abandonné en janvier 2016. Or, Buzzfeed, déjà, avait révélé que Michael Cohen et son associé, Felix Sater, avaient continué à travailler sur une Trump Tower à Moscou jusqu'en juin 2016, soit deux mois après que Donald Trump a obtenu l'investiture républicaine pour la présidentielle. Des avocats proches de l'administration Trump auraient aidé Michael Cohen à rédiger son intervention, sans que Buzzfeed ne soit en mesure de dire si ces avocats savaient qu'elle était fausse ou non. Selon le procureur Mueller, les mensonges de Michael Cohen étaient une "tentative de minimiser les liens entre le projet à Moscou et l'individu n°1" (Donald Trump sans aucun doute), "dans l'espoir de limiter l'enquête en cours sur les liens avec la Russie".

Une demande relevant d'une obstruction à la justice ? Comme le rappelle le site, ce n'est pas la première fois que le président américain semble avoir essayé de faire obstruction à l'expression de la vérité dans ce dossier. Mais il aurait franchi là une nouvelle frontière, en demandant expréssement à un subordonné de mentir, ce qui pourrait être considéré comme un fait relevant d'une obstruction à la justice. Le bureau du procureur aurait acquis cette certitude via des témoignages, des mails, des SMS et d'autres documents. Michael Cohen aurait avoué ensuite. Plusieurs élus démocrates ont indiqué suivre ces révélations de près, alors que certains opposants à Donald Trump gardent à l'esprit la possibilité d'une destitution.

Tweet d'Adam Schiff, élu démocrate à la chambre des représentants : "L'accusation selon laquelle le président des États-Unis pourrait avoir suborné un parjure devant notre comité avec l'objectif de mettre fin à l'enquête et de dissimuler ses relations commerciales avec la Russie est parmi les plus graves à ce jour. Nous ferons le nécessaire pour savoir si c'est vrai".

Depuis le début de l'affaire, Donald Trump nie toute collusion entre la Russie et son équipe de campagne et ne cesse d'égratigner le procureur spécial Mueller et sa "chasse aux sorcières" mais aussi Michael Cohen, ancien homme de confiance devenu son ennemi depuis qu'il a désormais décidé de collaborer avec la justice. Buzzfeed rappelle que, ces dernières semaines, Donald Trump a défendu son engagement dans le projet immobilier en Russie en 2016, indiquant aux journalistes : "Il y avait une possibilité que je ne gagne pas (l'élection), et dans ce cas, j'aurais dû retourner à mes affaires. Et pourquoi j'aurais alors perdu plein d'opportunités ?"

Condamné par la justice, Michael Cohen, qui a en outre reconnu jeudi avoir truqué des sondages au bénéfice de Donald Trump, est laissé libre en attendant sa prochaine audition devant le Congrès, le 7 février. Il accuse le président de lui avoir ordonné d'acheter le silence de deux femmes qui prétendaient avoir eu une liaison avec lui. "Cela ne m'inquiète pas du tout", avait immédiatement réagi Donald Trump.