"L'homme volant" Franky Zapata prêt à traverser la Manche sur son "Flyboard" : "C’est vraiment un rêve de gosse !

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le champion du monde de jet-ski estime qu'il ne lui faudra qu'une vingtaine de minutes pour traverser la Manche, à l'aide de son invention.
TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Franky Zapata, "l'homme volant" qui avait fait sensation le 14 juillet sur les Champs-Elysées, tente jeudi de traverser la Manche sur son "Flyboard", 110 ans après l'exploit de Louis Blériot, premier aviateur à avoir franchi le détroit par les airs.

Champion d'Europe et du monde de jet-ski, ce Marseillais de 40 ans va s'envoler de la plage de Sangatte dans le Pas-de-Calais entre 8 heures et 10h30 - en fonction de la météo et du trafic maritime - pour franchir la Manche en "une vingtaine de minutes, à environ 140 km/h et à 15/20 mètres au-dessus de l'eau", a-t-il indiqué mercredi. Il doit atterrir dans la zone de St Margaret's Bay, près de Douvres en Angleterre, selon son entourage. Il rentrera ensuite directement en France où il tiendra une conférence de presse à 14 heures.

Un ravitaillement en cours de route

Le 14 juillet, lors du défilé militaire sur les Champs-Elysées, Franky Zapata avait offert un épatant spectacle futuriste : fusil en main, il avait volé à plusieurs dizaines de mètres du sol sur son invention, "100% développée en France" dans les ateliers de son entreprise au Rove dans les Bouches-du-Rhône. L'engin, une machine volante autonome alimentée en kérosène stocké dans son sac à dos, est doté de cinq mini-turboréacteurs qui lui permettent de décoller et d'évoluer jusqu'à 190 km/h debout dans les airs, avec une autonomie d'une dizaine de minutes.

En 2017, il avait été cloué au sol pendant cinq mois par les autorités, avant qu'une zone spécifique de vol ne lui soit réservée près de Marseille. Pour cette traversée de la Manche, large de quelque 35 km, il devra se ravitailler en route côté anglais, à 18 km des côtes françaises, en se posant sur un bateau pour changer de sac à dos. "Le plan A qu'on avait avec deux ravitaillements, on pouvait le faire dans n'importe quelle condition. Avec ce plan, c'est beaucoup plus complexe, mais ça ne créera pas plus de risque d'accident", a-t-il assuré.

Interrogé par Europe 1 après ses derniers réglages, mercredi, Franky Zapata, avait les yeux qui brillent : "C’est vraiment un rêve de gosse ! On a créé une nouvelle manière de voler. On en vole plus avec de sailes, on ne vole plus avec la réaction de l’air,  on vole juste avec de la physique, avec de la poussée. C’est comme un oiseau en fait, c’est ton corps qui vole. Concrétiser cela, j’en suis vraiment fier".