Une nouvelle vidéo montre le commandant de police de Toulon frappé par des "gilets jaunes"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Après la diffusion d'une vidéo montrant le commandant divisionnaire Didier Andrieux violenter des manifestants, de nouvelles images indiquent qu'il avait été frappé deux heures auparavant par des "gilets jaunes".
VIDÉO

Didier Andrieux est, depuis plusieurs jours, sous le feu des critiques. Une vidéo, diffusée en boucle sur les réseaux sociaux et les chaînes de télévision, montre ce commandant de police de Toulon donner plusieurs coups de poing au visage à un homme, plaqué contre un mur, ainsi qu'à un manifestant sur le capot d'une voiture, en marge du rassemblement des "gilets jaunes" samedi.

Une nouvelle vidéo, dévoilée par l'avocat du policier, montre qu'il avait lui-même subi des violences quelques heures auparavant.

"Ils sont en train de lyncher le flic". La scène est filmée par une femme d'un immeuble qui surplombe un grand boulevard. On y voit plusieurs dizaines de "gilets jaunes", éparpillés sur les voies de circulation. Près du terre-plein central, la tension monte entre une poignée de policiers et des manifestants, en net surnombre.

Le commandant de police, veste bleue et casque blanc, s'avance d'abord rapidement pour repousser les manifestants qui lui font face. Il est alors poussé dans le dos par un "gilet jaune", tombe au sol, et est frappé pendant plusieurs secondes par une dizaine de manifestants. "Oh putain, ils sont en train de lyncher le flic !", commente en direct la femme qui tourne les images.

La vidéo dure un peu plus de 2 minutes. On ignore donc ce qui se passe avant et après cette scène.

"2h30 avant les images qui tournent en boucle". Pour l'avocat de Didier Andrieux, Me Christophe Bass, cette vidéo en dit beaucoup sur le contexte de la manifestation de samedi. "C'est un épisode qui se situe 2h30 avant les images qui tournent en boucle. C'est le niveau le plus bas de l'escalade de violence qui a suivi et qui trouve son paroxysme avec un niveau de violence encore plus élevé, et qui va donner lieu à des gestes de police à la fois nécessaires pour les interventions, et qui restent proportionnés", explique le conseil au micro d'Europe 1. Selon Me Bass, le commandant de police aurait cherché à protéger son commissaire, et vit aujourd'hui très mal ce qu'il assimile à un déferlement de haine injustifié.

Par ailleurs, l'avocat ajoute que l'homme frappé par son client ne s'est vu prescrire aucun jour d'ITT. De son côté, l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie.

Un "compte rendu d'information" sur le commandant en 2007

Selon les informations du Parisien, Didier Andrieux avait par ailleurs fait l'objet d'un "compte-rendu d'information" rédigé par une douzaine de fonctionnaires du groupe d'intervention de la police nationale (GIPN) de Marseille, en décembre 2007. "Après plusieurs réunions de groupe ou réunions de commandement, nous avons constaté des troubles du comportement de la art de notre chef de service", écrivaient-ils il y a douze ans, évoquant "une attitude que nous qualifierons de dépressive, démontrée par des larmes, des périodes d'isolement refusant tut dialogue, des attitudes contradictoires, des aveux de pensées suicidaires."