Savoie : décès d'un homme lors d'une expulsion, l'IGPN saisie

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Un homme de 52 ans est mort, victime d'un arrêt cardiaque pendant qu'il se faisait expulser avec sa famille, de leur logement situé à Chambéry. Selon les témoins, la scène a été assez violente et le père de famille a été traîné de force dans les escaliers. 

L'IGPN a été saisie après la mort d'un homme de 52 ans, victime d'un arrêt cardiaque alors qu'il était expulsé avec sa famille de leur logement de Chambéry, a-ton appris jeudi auprès du parquet.

"Il était excité, virulent"

Trois policiers du commissariat de Chambéry sont venus mercredi assister l'huissier dans sa troisième tentative d'expulsion de cette famille qui ne payait pas son loyer depuis un an, a expliqué le procureur de la République Thierry Dran, confirmant une information du Dauphiné Libéré. Une intervention de police classique. Mais la situation s'est rapidement envenimée. 

"Le mari, père de famille, est arrivé. Il était excité, virulent", raconte auprès d'Europe 1 Laetitia Philippon, la directrice départementale de la sécurité publique de Savoie. "Il s'est opposé à l'expulsion, a menacé l'huissier. Dans l'énervement, il a brisé des vitres dans l'appartement. Les policiers ont donc été contraints de maîtriser cet individu afin de calmer la situation", poursuit-elle. "Il a alors été conduit dans un véhicule de police appelé en renfort. Il a manifesté aux policiers qu'il refusait de quitter le logement. Il refusait donc de marcher, mais lorsque les policiers l'ont porté, cet individu leur parlait. Il n'était pas inconscient. Et alors qu'il se trouvait dans ce véhicule, il a été pris de convulsions, il a fait un malaise. Les policiers l'ont rapidement sorti du véhicule, se sont rendus compte qu'il était en arrêt cardiaque donc ils ont procédé à un massage cardiaque en attendant les pompiers qui ont été appelés en urgence." À leur arrivée, l'homme est finalement mort.

L'homme "portait un pacemaker" et "avait déjà fait des crises cardiaques"

Selon des voisins interrogés par le Parisien, le père de famille avait dit aux policiers qu'il ne se sentait pas bien, et leur avait confié précédemment porter un pacemaker. Un voisin affirme avoir dit aux policiers qui l'emmenaient que la victime "avait déjà fait des crises cardiaques". Selon le journal, des témoins rapportent que le père de famille a été traîné de force dans l'escalier. Simone, 88 ans, la voisine du rez-de-chaussée dans ce petit HLM qui compte sept appartements, a dit à l'AFP "avoir encore dans les oreilles les cris abominables" du père de famille et de sa plus jeune fille lors de l'interpellation. L'épouse lui avait dit l'an dernier que son mari, "très malade" du coeur, était hospitalisé.

Les inspecteurs de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) ont commencé leur enquête jeudi matin, tandis que le procureur a ouvert une enquête pour recherche des causes de la mort. Les services sociaux ont pris en charge la famille qui a été relogée, et les policiers font également l'objet d'un suivi psychologique. Pour Mme Philippon, "c'est un drame terrible pour la famille et un choc important pour les policiers". Une autopsie devait être réalisée dans la journée, selon Thierry Dran.

Europe 1
Par Guillaume Biet, édité par Thibauld Mathieu avec AFP

Les + lus