Saisie de 7,4 tonnes de cannabis par les Douanes en Méditerranée

  • A
  • A
 La drogue représente un montant estimé à 52 millions d'euros à la revente (photo d'illustration).
La drogue représente un montant estimé à 52 millions d'euros à la revente (photo d'illustration). © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
La drogue, empaquetée dans quelque 230 colis, représente un montant estimé à 52 millions d'euros à la revente. 

Les Douanes, appuyées par la Marine nationale, ont annoncé samedi la saisie de 7,4 tonnes de cannabis sur un bateau rapide, jeudi lors d'une opération en pleine mer Méditerranée, à une centaine de kilomètres des côtes algériennes.

Une embarcation repérée par avion

L'opération a permis l'arrestation de trois trafiquants qui se trouvaient à bord. Ils ont été conduits, ainsi que leur embarcation et la drogue, à Toulon, où ils ont été remis à la justice samedi. Les trois hommes ont été placés en garde à vue. La drogue, empaquetée dans quelque 230 colis, représente un montant estimé à 52 millions d'euros à la revente. Les enquêteurs étaient samedi en train de constituer les scellés sur les colis de drogue.

Jeudi matin, un avion de surveillance des douanes a repéré l'embarcation suspecte, une vedette bleu foncée difficilement détectable, qui croisait dans les eaux internationales. Grâce à ses caméras, l'avion a suivi l'embarcation à haute altitude, hors de vue des trafiquants, pour éviter qu'ils ne se sabordent ou qu'ils ne mettent le feu à leur embarcation. Deux patrouilleurs de la Marine nationale et de la Douane se sont rendus sur les lieux, et dans l'après-midi, l'assaut a été donné par une équipe de 12 militaires et 8 douaniers à bord de canaux pneumatiques rapides.

"Ils n'étaient pas armés"

Les trafiquants, détenteurs de passeports turcs, ont spontanément reconnu transporter de la drogue dans leur embarcation, semble-t-il un ancien bateau de course. "Ils n'étaient pas armés et n'ont pas opposé de résistance", a précisé lors d'une conférence de presse Max Ballarin, directeur des services de garde-côtes des douanes en Méditerranée. "Cette saisie traduit l'importance du trafic de cannabis", qui "inonde le marché" européen et notamment les cités marseillaises, a souligné le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux, lors de ce point presse à la base navale de Toulon.

Son parquet et ses magistrats spécialisés de la JIRS (juridiction interrégionale spécialisée) ont été chargés de l'enquête, ouverte initialement à Toulon. Selon les enquêteurs, le bateau, avec 14.000 litres de carburants dans les réservoirs, faisait probablement route sur un axe qui va des régions de production, au Maroc, à des zones livrées au chaos en Libye, zones dites de "rebond" et qui permettent ensuite de la réexporter vers l'Europe.