"On est consternés de voir la mairie, une partie de l'histoire d'Annecy, partir en fumée", témoigne le maire, Jean-Luc Rigaut

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Un incendie a ravagé le toit de la mairie d’Annecy, jeudi après-midi. Le sinistre a entraîné l’évacuation du bâtiment et d’une école voisine, sans faire de blessé. Le maire de la ville, Jean-Luc Rigaut, a répondu aux questions de Matthieu Belliard dans la matinale d’Europe 1. Et il s'est montré déterminé pour reconstruire "une belle mairie". 
INTERVIEW

La mairie d’Annecy a été touchée par un important incendie jeudi. Le brasier, accidentel, a pris au niveau de la toiture avant de se propager aux deux derniers étages du bâtiment. Vendredi matin, le feu était complètement éteint, même si des pompiers étaient encore sur place a expliqué Jean-Luc Rigaut, le maire de la commune. L'élu a détaillé son émotion et celle des Annéciens en voyant l'hôtel de ville, datant des années 1850 partir en fumée. "Tout le monde était consterné hier soir de voir la mairie, un petit bout de l'histoire commune d'Annecy, s'en aller comme ça. Il y avait beaucoup d'émotion en regardant l'incendie", décrit Jean-Luc Rigaut. 

A l'intérieur du bâtiment, en pierre mais dont les planchers intérieurs sont en bois, tout ou presque est détruit. "Les dégâts sont énormes. Au dernier étage, les combles sont complètement partis en fumée, le quatrième et le troisième étage aussi. Les étages de réception et les salons n'ont eux pas été incendiés mais ils ont été dévastés par l'eau et les planchers qui s'effondrent", précise le maire. 

Tournés vers la reconstruction

Jean-Luc Rigaut est déterminé pour reconstruire l'hôtel de ville. "On va refaire une belle mairie", explique-t-il. Des discussions ont été entreprises jeudi pour démarrer l'après-incendie. "On s'est demandé comment on pourrait se réorganiser pour que la vie publique puisse continuer. Il y a beaucoup de solidarité de la part des autres institutions, qui nous proposent de la place pour travailler au sein de leur bureau, par exemple", raconte l'élu. 

Europe 1
Par Thomas Vichard

Les + lus