Val d'Oise : ce que l'on sait après la mort d'une adolescente poussée dans la Seine

, modifié à
  • A
  • A
Une jeune fille a été poussé dans la Seine par deux autres adolescents. 2:07
Une jeune fille a été poussé dans la Seine par deux autres adolescents. © AFP
Partagez sur :
Une jeune fille de 14 ans est morte noyée lundi soir à Argenteuil, dans le Val d'Oise, après un différend avec deux autres adolescents de son lycée. Les deux suspects, un garçon et une fille de 15 ans qui ont été interpellés, auraient frappé la victime en bord de Seine et l'auraient poussée dans le fleuve. Selon divers témoignages, les deux suspects harcelaient cette fille. 
INFO EUROPE 1

L'émotion était vive ce mardi matin devant le lycée professionnel où étudiait, Alisha, une jeune fille de 14 ans retrouvée morte noyée dans la Seine lundi soir à Argenteuil, dans le Val d'Oise. Son décès aurait fait suite à un différend avec deux autres adolescents du même lycée, comme l'a appris Europe 1.

"Il m'a demandé si j'avais déjà fait de grosses bêtises dans ma vie"

Selon nos informations, les deux suspects, un garçon et sa petite amie de 15 ans, Théo et Juni, auraient frappé la victime en bord de Seine et l'auraient poussée dans le fleuve avant de prendre la fuite. Pris de remords, ces adolescents se sont ensuite confiés à la mère du jeune homme vers 16 heures. "Quand il est revenu avec sa petite-amie, ils se sont enfermés dans la chambre pendant une heure. Mon fils s'est changé, et quand il est ressorti il m'a demandé si j'avais fait de grosses bêtises dans ma vie", raconte Nathalie au micro d'Europe 1, la mère de l'adolescent. "Je lui ai dit 'oui' et j'ai demandé pourquoi il me posait cette question. C'est là qu'il m'a dit qu'il avait tapé une petite."

"J'ai vendu mon fils"

Face à ce récit, la mère décide d'aller voir la victime. Mais sur place, elle ne trouve rien à part "un gant ensanglanté avec plein de cheveux". Paniquée, elle court se réfugier chez sa voisine. 

"Je la vois dans un état... Je pense rapidement qu’il y a un petit souci parce qu'entre voisins on se connaît depuis 10 ans, donc on se connaît très bien. Je la fais rentrer, elle me dit : 'Écoute, j’ai mon fils il me dit ça, ça, ça.' Je lui dis qu’il faut appeler la police. Elle était en panique, elle m'a dit : 'T’imagines, il est jeune'. Je lui ai dit que de toute façon, il fallait qu’il assume", raconte la voisine au micro d'Europe 1.

Puis Nathalie rentre chez elle, et contacte les forces de l'ordre. "Et ils l'ont trouvé, ce n'est pas ce que j'espérais", confie-t-elle. "Je me dis que s'il ne s'était pas enfermé dans sa chambre et qu'il me l'avait dit directement, ça aurait pu changer les choses." De leurs côtés, les deux agresseurs ont pris la fuite.

"Je suis horrifiée, stressée, et humiliée quelque part", ajoute la mère de Théo, la voix nouée par l'émotion. "J'ai vendu mon fils." 

Deux lycéens interpellés

Entre temps, la mère de la victime a signalé la disparition inquiétante de sa fille, vers 20 heures. Des opérations de recherche ont été lancées et son corps sans vie a été repêché vers 21 heures, là où elle était tombée à l'eau, quai Saint-Denis. Des traces de coups à la tête et au visage ont été retrouvés sur le corps de la victime.

Les deux élèves de 15 ans en fuite ont finalement été interpellés par les policiers dans la nuit, vers 2 heures, alors qu'ils avaient trouvé refuge chez un ami. Ils ont été placés en garde à vue "pour des faits d’assassinat" dans les locaux de la police judiciaire chargée de l'enquête. Ni les deux adolescents interpellés ni la victime n'étaient connus de la police.

Une bagarre "la semaine dernière"

Selon la mère de la victime, les deux suspects se seraient livrés à du harcèlement sur sa fille. 

De leurs côtés, plusieurs lycéens croisés mardi matin par Europe 1 se demandaient comment un tel drame avait pu se produire. Selon eux, il n’y a jamais eu de problèmes de harcèlement dans leur établissement. Mais plusieurs voix se sont faites entendre depuis. Une lycéenne questionnée à la mi-journée par Europe 1 raconte que les adolescents concernés "s'étaient battus au lycée la semaine dernière." "Et quand j'ai lui demandée ce qui s'était passé, elle me disait qu'elle s'était fait harceler", affirme-t-elle.

"Que ce soient les surveillants ou les profs, on l'a appris tous en même temps et c'est vrai que c'est choquant une fille de 14 ans qui se retrouve noyée dans la Seine, c'est compliqué", poursuit la lycéenne au micro d'Europe 1. "Mais voilà c'est dur. J'aurais aimé être là pour elle. Malheureusement, c'est trop tard. Maintenant c'est dur, il faut encaisser." "C'est un lycée calme, c'est un lycée calme", répète-t-elle visiblement émue.

Un compte Instagram piraté, et une vidéo dénudée

D'après les premiers éléments de l'enquête, les tensions étaient vives et duraient depuis plusieurs semaines entre Alisha, Juni et Théo. Les deux suspects auraient piraté le compte Instagram de l'adolescente de 14 ans, juste avant les vacances de février. Un réseau social sur lequel Alisha a des photos d'elle, mais aussi une vidéo un peu dénudée, selon plusieurs lycéens. Des éléments sensibles que le jeune couple décide de publier sur Internet, provoquant la colère d'Alisha et la bagarre qui s'est déroulée quelques jours avant le drame entre les deux filles devant l'établissement. 

Mais entre la bagarre et l'agression, personne ne semble savoir ce qu'il s'est passé. Le petit frère d'Alisha confie toutefois à Europe 1 que sa sœur avait rendez-vous lundi soir sur les quais de Seine. Reste que de nombreuses zones d'ombre demeurent, notamment le nom de la personne qui a organisé ce rendez-vous, et s'il s'agit d'un règlement de compte.  

Europe 1
Par Guillaume Biet et Marine Protais