L'ESSENTIEL - Incendie dans un immeuble à Paris : le bilan monte à 10 morts, une femme arrêtée

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Une femme a été arrêtée à proximité de l'incendie qui a ravagé un immeuble du 16ème arrondissement de Paris et fait au moins 10 morts, un blessé grave et une quarantaine de blessés légers dans la nuit de lundi à mardi. 
L'ESSENTIEL EN DIRECT

Dix personnes sont mortes à la suite de l'incendie d'un immeuble du 16ème arrondissement de Paris dans la nuit de lundi à mardi, a-t-on appris auprès des pompiers. Le feu, qui s'est déclenché pour une raison encore indéterminée dans un immeuble de huit étages, a également fait un blessé grave et 37 blessés légers, dont huit pompiers.

Une femme présentant des "antécédents psychiatriques", soupçonnée d'être à l'origine de l'incendie, a été arrêtée. Sa garde à vue a été suspendue, afin qu'elle soit admise à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police. La piste criminelle est pour l'instant privilégiée.

Les principales infos à retenir

  • 10 personnes sont mortes dans l'incendie, "un bilan qui peut encore évoluer"
  • 200 pompiers sont intervenus dans la nuit pour éteindre le feu
  • Une résidente de l'immeuble avec des "antécédents psychiatriques" a été arrêtée à proximité des lieux peu après le départ de feu

Un incendie "assez virulent" a fait 10 victimes

L'incendie, qui s'est déclenché dans la nuit dans cet immeuble de la rue Erlanger, a été totalement maîtrisé, mardi matin peu après 6 heures par environ 200 pompiers, selon des informations d'Europe 1. Le feu a été "assez virulent", a expliqué au petit matin Clément Cognon, le porte-parole des pompiers sur place. "Les reconnaissances ne sont pas finies et le bilan peut encore évoluer". Dans la matinée, le corps d'une neuvième et d'une dixième victimes ont été retrouvés dans l'immeuble.

Le feu a démarré vers 1 heure du matin selon les pompiers qui évoquent une "scène d'une incroyable violence avec un immeuble entièrement embrasé, notamment la partie haute". Certains habitants de cet immeuble des années 70, comptant huit étages, se sont réfugiés sur le toit pour échapper aux flammes, alors que de nombreux résidents ont appelé au secours depuis leurs fenêtres.

De "nombreux sauvetages" et des évacuations

"Nous avons dû procéder à de nombreux sauvetages, notamment de certaines personnes qui s'étaient réfugiées sur les toits", a précisé le capitaine Cognon. Les pompiers ont établi "des échelles en façade" prolongée par "des échelles que l'on suspend aux balcons". Une cinquantaine de sauvetages a été réalisée.

Deux immeubles adjacents ont également été évacués par mesure de précaution et des responsables de la mairie du 16ème arrondissement étaient sur place dans la nuit pour trouver des solutions de relogement. Plusieurs rues de ce quartier chic de Paris situé à la lisière du bois de Boulogne, étaient bloquées par la police et les pompiers. Une forte odeur de fumée flottait.

Une femme avec des "antécédents psychiatriques" arrêtée

Une femme de 40 ans habitant l'immeuble a été arrêtée par la BAC quelques minutes après le début de l’incendie, en face de l’immeuble alors qu’elle tentait, en état d'ébriété, de mettre le feu à une voiture puis à une poubelle. "Elle présentait des antécédents psychiatriques", a précisé le procureur de Paris, Rémy Heitz. "L'enquête se poursuit pour connaître les conditions dans lesquelles le feu se serait propagé." 

Cette femme a déclaré être en conflit récurrent avec son voisin pompier. Selon une source policière, elle s'était disputée avec lui dans la soirée, avant de jeter, selon plusieurs voisins, ses affaires dans la cour de l'immeuble. La police s'était déplacée pour un trouble de voisinage. Le départ de l'incendie a eu lieu quelques minutes après cette intervention.

Sa garde à vue a été suspendue dans l'après-midi, son état psychiatrique ne lui permettant pas d'être entendue par les enquêteurs. Elle a été admise en infirmerie psychiatrique. 

L'exécutif adresse ses "pensées" aux victimes

Emmanuel Macron a réagi à ce drame dans la matinée sur Twitter. "La France se réveille dans l'émotion après l'incendie de la rue Erlanger à Paris cette nuit", a-t-il écrit. "Pensées pour les victimes. Merci aux pompiers dont le courage a permis de sauver de nombreuses vies."

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a lui aussi assuré "les familles et les proches des victimes" de son "soutien". "Toute la lumière sera faite sur les causes de ce tragique incendie."

Les + lus