Violences à Marseille à l'Euro 2016 : le suspect russe arrêté en Allemagne

, modifié à
  • A
  • A
Des violences en marge de la rencontre de l'Euro 2016 Russie-Angleterre à Marseille, avaient fait 35 blessés.
Des violences en marge de la rencontre de l'Euro 2016 Russie-Angleterre à Marseille, avaient fait 35 blessés. © AFP
Partagez sur :
Le Russe de 31 ans, qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par la France, se rendait de Moscou à Bilbao pour assister à un match de football.

Un hooligan russe soupçonné d'avoir grièvement blessé un supporteur britannique lors des violences à Marseille en marge de l'Euro 2016 de football en France a été arrêté à Munich en Allemagne, a annoncé jeudi la police allemande.

Arrêté à l'aéroport de Munich. Le Russe de 31 ans, qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par la France, a été arrêté à l'aéroport de Munich alors qu'il se rendait mercredi de Moscou à Bilbao (nord-ouest de l'Espagne) pour assister à un match de football, a précisé la police. Son identité n'a pas été précisée. Il risque en France jusqu'à 15 ans de prison pour tentative de meurtre et blessures graves, selon un communiqué des policiers allemands. Il a été identifié en fin d'année dernière par la justice française, qui a lancé un mandat d'arrêt international.

Un Russe rapidement identifié. La justice française soupçonne le trentenaire russe d'avoir violemment agressé un supporteur britannique de 51 ans, identifié alors comme étant Andrew Brache, à Marseille le 11 juin 2016, en marge du match de l'Euro- 2016 contre la Russie.

Un agression très violente. Il avait été roué de coups, frappé notamment avec une barre de fer lors de violentes "chasses aux Anglais" - selon les termes du procureur français - menées par des hooligans russes venus en découdre dans le centre de Marseille. La victime, réanimée par massage cardiaque, souffrait de graves blessures au cerveau. Un autre supporteur britannique de 47 ans, Stewart Gray, avait également été gravement blessé lors de ces violences, quoique pris en charge dans un état légèrement moins préoccupant.