Essonne : une prof agressée par les parents d'un élève

, modifié à
  • A
  • A
Les professeurs du collège Les Dines Chiens de Chilly-Mazarin ont exercé leur droit de retrait
Les professeurs du collège Les Dines Chiens de Chilly-Mazarin ont exercé leur droit de retrait © Capture d'écran Google Street View
Partagez sur :
Les parents de l'élève avait rendez-vous avec l'enseignante, suite à une simple remarque inscrite dans le cahier de liaison de l'élève.
INFO EUROPE 1

Une professeure d'éducation physique et sportive a été frappée par les parents d'un élève de 6e lundi après-midi, dans un collège de l'Essonne, selon les informations recueillies par Europe 1. L'agression a eu lieu vers 14 heures au collège Les Dînes Chiens, de Chilly-Mazarin, où les parents avaient rendez-vous avec l'enseignante, suite à une simple remarque inscrite dans le cahier de liaison de l'élève.

L'échange verbal a rapidement dégénéré et la professeure a été rouée de coups de pieds et de poings par l'homme, âgé de 29 ans, et tirée par les cheveux et frappée au visage par la femme, âgée de 37 ans, précise le parquet. La professeur de 56 ans s'est vu prescrire une incapacité totale de travail de trois jours.

Le principal du collège a dû s'interposer. Le couple de parents a pris la fuite avant de se présenter deux heures plus tard au commissariat où il a été placé en garde à vue. L'un des deux parents a justifié son geste "par les propos rapportés par son fils selon lequel l'enseignante l'aurait réprimandé violemment", indique le procureur. Lors de leurs premières auditions, les parents ont estimé que leur enfant était "victime de harcèlement" et que l'équipe pédagogique ne réagissait "pas suffisamment" face à cette situation.

"S'en prendre aux professeurs, c'est de toute façon inacceptable", a estimé le maire de Chilly-Mazarin, Jean-Paul Beneytou (LR). Selon lui, le couple de parents est "connu des services de police pour des propos pas toujours corrects".

Mardi matin, les professeurs du collège exercent leur droit de retrait. Des banderoles "collège agressé" et "en grève" étaient déployées sur la façade de l'établissement quasiment désert.

Les + lus