Assises de l'Isère : un ingénieur de 49 ans condamné pour le viol de ses soeurs

  • A
  • A
Dans cette affaire, l'avocat général avait requis une peine de douze ans de réclusion criminelle.
Dans cette affaire, l'avocat général avait requis une peine de douze ans de réclusion criminelle. © JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :
L'accusé, lui-même violé à l'âge de 9 ans par un voisin, a écopé de cinq ans de prison dont deux avec sursis pour avoir violé ses deux sœurs à plusieurs reprises dans les années 1990.

Un ingénieur de 49 ans a été condamné jeudi par la cour d'assises de l'Isère à cinq ans de prison dont deux avec sursis pour le viol, remontant à leur enfance, de deux de ses soeurs. Emmanuel F., qui comparaissait libre, est parti en prison immédiatement. L'avocat général Dietlind Baudoin, procureur de Bourgoin-Jallieu, avait requis douze ans de réclusion criminelle.

Les victimes, des fillettes à l'époque, avaient été violées concomitamment par leur propre père et l'accusé, quand il était adolescent puis jeune homme, jusqu'à l'âge de 25 ans. Manifestement le père ignorait les agissements du fils et inversement. 

Dans cette famille très catholique dont Emmanuel F. est l'aîné de sept enfants, tandis que les parents étaient enseignants, tous ces secrets avaient été préservés jusqu'à ce qu'en 2006, le père agresse la fille de l'épouse d'Emmanuel F. Il a été condamné pour viols en 2012 à dix ans de réclusion criminelle et est sorti de prison l'année dernière. Il suit un traitement psychologique et chimique. Il a assisté à l'audience jeudi, avec son épouse.

"Tout a été dit, faites ce que vous avez à faire"

L'accusé, violé lui-même par un voisin à 9 ans, et en invalidité depuis dix ans pour dépression sévère, s'est présenté comme "un bouc émissaire" sa vie durant. Il n'avait reconnu qu'à la toute fin de l'instruction le viol de ses soeurs, et son avocat a dû insister pour qu'il manifeste des regrets à l'audience. Une attitude jugée "inquiétante" pour Dietlind Baudoin, et posant la question d'une possible récidive, face peut-être à de "futurs petits-enfants".

L'avocat de l'accusé Me Denis Dreyfus a souligné au contraire que le dernier passage à l'acte d'Emmanuel F. remontait à plus de 25 ans. S'exprimant une dernière fois devant la cour, celui-ci n'a pas eu un mot supplémentaire pour ses soeurs. "Tout a été dit, faites ce que vous avez à faire" a-t-il lancé. À l'énoncé du verdict l'envoyant en prison, seule sa femme s'est effondrée. Emmanuel F. et le reste de la famille, dont les membres continuent globalement à se parler, sont restés impassibles.

L'accusé a été condamné à payer à ses soeurs, âgées aujourd'hui de 38 et 42 ans, respectivement 20.000 euros et un euro symbolique de dommages et intérêts. Leur avocat Me Christophe Carpe a noté "un gros écart entre les réquisitions et le verdict". Dietlind Baudoin a indiqué "qu'à ce stade un appel du parquet ne peut être exclu".

Les + lus