Brexit : ça sent le roussi pour Boris Johnson !

  • A
  • A
3:39
Le regard international est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, Didier François traite d’un sujet international.

Sale temps pour le Premier ministre britannique Boris Johnson dont les positions radicales en faveur d’un Brexit dur en 99 jours ont déclenché en réaction des mouvements de très forte résistance dans tous les secteurs clés de l’économie, mais également des tentations séparatistes dans les régions pro-européennes comme l’Écosse ou l’Irlande du Nord.

Une menace prise en tous cas suffisamment au sérieux pour que Boris Johnson se lance, en toute urgence et jusqu’à la fin de la semaine, dans une tournée de déminage auprès des exécutifs provinciaux très autonomes dans le système britannique. Car c’est bien son discours d’intronisation de la semaine passée qui a allumé la mèche. Quand, fidèle à ses promesses de campagne, le Premier ministre s’est posé en héros sans peur et sans reproche d’un Brexit triomphant, lui-même sans accord et sans délai. Mais surtout sans "backstop", ce filet de sécurité exigé par l’Union européenne qui permettrait d’éviter le retour brutal à des frontières dès le 31 octobre au soir en cas de Brexit "dur". Boris Johnson a mené une charge très violente contre cette mesure qu’il estime attentatoire à la souveraineté nationale, faisant même de son abrogation la condition d’un retour à de possibles négociations avec Bruxelles.

Ce qui a provoqué de très vives réactions en Irlande du nord et en Écosse ?

Les Irlandais (qui ont quand même connu de lourdes années de conflit jusqu’aux accords du Vendredi saint de 1998) sont tétanisés à l’idée de voir réapparaître une séparation physique entre la province de l’Uster (au Nord) dépendant de la couronne et la République d’Irlande (au Sud) qui resterait européenne. Mais cela inquiète tout autant les Écossais très europhiles (ils ont voté à 62% en faveur du maintien dans l’Europe) et ils n’acceptent pas une rupture aussi brutale que totale. Les partis indépendantistes qui sont loin d’être des forces négligeables dans ces deux provinces agitent donc désormais l’idée d’une sécession régionale afin de pouvoir rester dans l’Union européenne. Ils commencent à gagner l’oreille attentive des électeurs modérés, pour ou contre le Brexit d’ailleurs, mais qui pensaient que passées les outrances de la campagne électorale, le pragmatisme finirait bien par s’imposer.

Un exemple significatif est celui de Ruth Davidson (la chef du Parti conservateur en Écosse) qui a décidé de soutenir le gouvernement écossais indépendantiste dans son opposition à la politique de Brexit dur, prônée par un Boris Johnson.

Moralité : alors qu’il claironnait que la sortie de l’Union européenne offrait une chance exceptionnelle de rendre à la Grande Bretagne de sa superbe rabotée par une mesquine bureaucratie bruxelloise, Boris Johnson se retrouve finalement à devoir mener bataille pour sauver le Royaume Uni de l’explosion.

Et à cela s’ajoute une fronde des investisseurs étrangers ?

Dans le secteur automobile (l’un des plus gros employeurs du pays), le rétablissement des frontières et des droits de douane afférant tuerait sa rentabilité car il importe ses pièces détachées venues de toute l’Europe et écoule ses véhicules sur l’ensemble du marché européen. Or après Honda puis Nissan, c’est PSA qui vient d’annoncer à son intention de fermer son usine de Liverpool si la Grande Bretagne choix un Brexit dur.