Benyamin Netanyahou relance des opérations contre les tunnels du Hezbollah : une guerre opportune

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito international de Vincent Hervouet est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

Haute tension à la frontière entre Israël. L’armée israélienne a lancé hier une grande opération contre le Hezbollah.

Il doit y avoir des fils de pub sous l’uniforme, pour trouver le nom des opérations. Ce sont des slogans, faits pour convaincre l’opinion publique. Cette fois, l’état-major dégaine "Bouclier du nord". L’idée à retenir, c’est qu’il s’agit de se défendre. Avec sa puissante armée, Israël reste dos au mur. "Israël est comme une villa dans la jungle", avait dit Ehud Barack, l’ancien premier ministre. Là, il s’agit d’en restaurer la clôture.
Depuis 24 heures, les militaires cherchent les tunnels du Hezbollah.
N’imaginez pas les tunnels pour la contrebande ou ceux que creusent les islamistes de Gaza pour infiltrer des commandos terroristes. Avec le Hezbollah, c’est une armée qui s’est enterrée.
Dans les villages du Sud Liban, elle a bétonné des ateliers de fabrication de missiles. Elle aurait accumulé 120.000 engins, dix fois plus qu’en 2006 quand elle a tenu tête aux Israéliens. Ils portent plus loin et sont beaucoup plus précis. Les antiques missiles sol-air Sa2 ont été modifiés, avec des systèmes de guidage sophistiqués et toutes les villes israéliennes sont désormais à portée de tir.

La milice chiite aurait un plan d’invasion au sol.

Nom de code : "Conquérir la Galilée". Au Hezbollah aussi, il y a des fils de pub. D’où les tunnels, qui seraient assez larges pour y faire circuler des véhicules. Personne ne les a visités.
C’est comme le bunker de Ben Laden. Le palais souterrain de Saddam Hussein. Ou les tunnels de la Securitate à Bucarest. Très réalistes comme dans les cauchemars.
L’armée israélienne a formé un groupe spécialisé pour repérer ces tunnels. Et le Bouclier du nord que brandit Benyamin Netanyahu doit les mettre à jour. Ensuite, il veut construire un mur. Un de plus.
Evidemment, l’opération tombe à pic, alors que la police vient de recommander l’inculpation du Premier ministre dans une nouvelle affaire de corruption.
Le bouclier sert peut-être à le protéger du glaive de la justice. Mais depuis que les combattants du Hezbollah rentrent de Syrie, la frontière libanaise est la ligne de front dans la guerre à mort que préparent l’Iran et Israël.