Audition de Brett Kavanaugh : Donald Trump a été convaincu !

  • A
  • A
2:21
L'édito international de Vincent Hervouet est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

Aux États Unis, huit heures d’audition du juge Kavanaugh, candidat à la cour Suprême et de la femme qui l’accuse de l’avoir agressée quand il était lycéen.

Toute l’Amérique a scruté Brett Kavanaugh et Christine Blasey Ford, le juge et la psy. L’un des deux ment. Lequel ? Elle avait 15 ans et lui 17. Qui se souvient en détail de ses années d’apprentissage ? Il l’aurait poussée sur un lit, totalement saoul, essayant en vain de la déshabiller. Ce jeudi, sous le feu des questions, les deux quinquagénaires étaient aussi émus qu’à 15 et 17 ans. Tous les deux ont pleuré, formidable moment de téléréalité parlementaire.
Elle, avec des lunettes embuées, la voix qui tremble et la compassion de l’assistance. Lui retenu, les larmes qu’on ravale et la voix qui dérape dans l’indignation.
Ils ont raison de pleurer : leurs vies sont brisées. Demandez à Monica Lewinsky ! Elle raconte les avocats qui ont ruiné son père, le harcèlement des médias, les ricanements dès qu’on la reconnaît.
Le professeur Blasey Ford sera désormais sur tous les campus, une survivante, puisqu’on appelle ainsi celles qui ont subi une violence sexuelle. Le juge Kavanaugh restera suspect à jamais. Sa réputation et sa famille déshonorées et le misérable petit tas de secrets de son adolescence piétiné. Il fallait le voir expliquer qu’en prépa, il était vierge et timide et que les croix de son agenda signalaient des flatulences.

Il a convaincu Donald Trump ! A l’issue de l’audition, le Président a tweeté que le Sénat devait voter sa nomination.

Les Démocrates ont instrumentalisé ce témoignage pour l’empêcher de nommer un conservateur à la Cour suprême avant les élections du mid term.
C’est front contre front. L’Amérique toujours en guerre contre elle-même. Après la guerre aux indiens, la guerre de sécession. Après le nord contre le sud, les Blancs contre les Noirs. Et désormais, les femmes contre les hommes. Depuis la vague metoo, le doute ne profite plus à l’accusé, l’homme est forcément coupable. Dix pour cent des électrices républicaines auraient changé de bord avec l’affaire Kavanaugh. On se demande combien d’hommes vont se mobiliser pour les midterms, fatigués d’être criminalisés.