Arabie Saoudite : la première grande tournée de Mohammed Ben Salman depuis l’affaire Khashoggi

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito international de Vincent Hervouet est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

Le prince héritier saoudien est en route pour le G20 de Buenos Aires. L’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch y a porté plainte contre lui, pour le meurtre de Jamal Khashoggi. C’est un voyage à risques ! 

Les voyages forment la jeunesse et MBS reste un gamin, dans un pays où les rois sont plus vieux qu’Hérode. L’une des curiosités de son cv, c’est justement qu’il ne connait pas le monde. Il a fait ses études à Ryad, pas dans les facs anglo-saxonnes comme ses cousins.

L’autre curiosité́, c’est qu’il se fiche du monde.

Il fallait le voir le mois dernier au Forum économique de Ryad.  A la tribune avec Saad Hariri qu’il avait enfermé, humilié, destitué... Un an après, il en rigole au micro. Rien compris, rien appris. Dans la salle, les investisseurs ont été́ glacés par le cynisme du prince.

A Buenos Aires, les ong l’attendent et Recep Tayip Erdogan aussi. Le Turc fait tout pour lui arracher sa couronne. S’il pouvait, c’est la tête tout entière qu’il arracherait comme celle de Jamal Khashoggi l’a été́. Hier, dans un grand déploiement de caméras, la police d’Istanbul a fouillé la villa d’un Séoudien. Elle n’a pas trouvé́ trace du cadavre de Khashoggi mais Erdogan ne laisse pas retomber la pression.

Les Frères musulmans non plus !

À Tunis, où MBS fait escale tout à l’heure, le parti islamiste appelle à défiler boulevard Bourguiba. Le Président Caïd Essebsi est accusé de donner l’accolade à un assassin qui profane la Révolution.

Dimanche, le vieux roi Juan Carlos s’est laissé photographier avec MBS au grand prix de formule 1 d’Abou Dhabi. Les journaux espagnols ont titré "la photo de la honte".

Mbs est en train de devenir un paria.

A Buenos-Aires, il ne sera pas le seul dirigeant soupçonné de crimes d’Etat.  Obama avait 300 meurtres ciblés à son actif et Donald Trump n’est pas en reste. François Hollande aurait autorisé́ 40 opérations homo et on ne sait pas qu’Emmanuel Macron y ait renoncées. L’affaire Skripal montre ce dont Vladimir Poutine est capable. Le Chinois fait les choses en grand.

Et on ne parle là que des membres permanents du Conseil de sécurité́…

Les voyages forment la jeunesse mais pour MBS, c’est sans doute trop tard.