Affaire Khashoggi : l'Allemagne et la France prennent des sanctions contre des Saoudiens impliqués

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito international de Vincent Hervouet est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

L’Allemagne prend des sanctions contre des Saoudiens impliqués dans l’assassinat de Jamal Khashoggi. Et la France s’apprête à en faire autant.

Jamal Khashoggi est tellement plus grand mort que vivant.
À Istanbul, il était un activiste en exil, condamné tôt ou tard à une forme d’impuissance plus ou moins bavarde.
Depuis qu’il a disparu, il réalise des prodiges. C’est Hercule aux enfers.
Son fantôme a démasqué MBS, qui n’est plus un despote éclairé mais une sombre brute.
Mieux ou pire, l’acide dans lequel a été dissous Khashoggi mine le grand dessein de Donald Trump qui comptait sur les Saoudiens pour faire la peau aux djihadistes et forcer la paix avec Israël. Le mirage s’évanouit.
Khashoggi a mème réussi à faire d’Erdogan, un justicier au service de la liberté de la presse, lui qui a enfermé des centaines de journalistes et en a mis davantage au chômage.
Encore plus fort, la France va prendre des sanctions contre son client préféré. Le ministre Le Drian qui est allé plus souvent dans le royaume des deux mosquées que le plus dévot des pèlerins à La Mecque, le ministre l’a annoncé hier sur Europe 1. On ne sait pas combien cette décision lui a coûté. Cher, évidemment.
Mais là où Khashoggi est immense, beaucoup plus éloquent mort que vivant, c’est au Yémen où Mohamed Ben Salmane mène depuis trois ans une sale guerre.

Les rebelles et le pouvoir vont négocier à Stockholm, sous la supervision de l’Onu, un règlement politique.

MBS lâche prise, une trêve se met en place. L’aide humanitaire devrait reprendre via le port d’Hodeida. Un accord pour échanger les prisonniers est sur le point d’être conclu. 14 millions de Yeménites au bord de la famine seront enfin secourus.
Enfin, ils comptent aux yeux du monde. Encore un effort, et on va compter aussi les disparus. Les officiels parlent de 10.000 morts. Quel mensonge ! Il y en a quinze ou vingt fois plus. Disparus dans l’indifférence générale car MBS n’était pas traité comme Bachar El Assad.
L’assassinat de Jamal Khashoggi a tout changé. Il n’est pas mort pour rien.