Ligue 1 : à l'OM, le retour d'un peu plus de football, tout simplement !

  • A
  • A
2:43
© Europe 1
L'édito sport est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, la matinale d'Europe 1 revient sur l'un des événements sportifs qui fait l'actualité. Ce lundi, Virginie Phulpin revient sur les changements opérés au sein de l'OM ces derniers jours et estime que ce retour du football ne peut être que bénéfique au club marseillais.

L’OM et Lyon ont fait match nul (1-1) dimanche soir en clôture de la 27e journée de Ligue 1, alors que l’OM a connu une vraie révolution en coulisses ce week-end avec la mise à l’écart du président Jacques-Henri Eyraud. Pour Virginie Phulpin, l’OM a enfin une chance de retrouver son identité d’ici la fin de la saison.   

"L’OM ne sera pas champion de France. Mais entre ce match nul contre Lyon et la rencontre face à Lille mercredi, les Marseillais peuvent jouer les arbitres dans ce combat pour la première place. Et par les temps qui courent, ça n’est déjà pas si mal. L’entraîneur intérimaire, Nasser Larguet, avait demandé à ses joueurs de rester dans leur bulle en ce week-end de révolution marseillaise. Visiblement, elle a été plus hermétique que la bulle sanitaire autour du XV de France.

Les Marseillais ont montré du caractère pour arracher ce nul. Nasser Larguet a apaisé le climat autour et dans l’équipe depuis qu’il a remplacé l’entraîneur démissionnaire - et mis à pied - André Villas-Boas il y a un mois. Ces derniers temps, le fonctionnement de l’OM se basait surtout sur les provocations permanentes de la direction et le manque de sérénité à tous les étages. On pourrait presque l’appeler 'le pacificateur', Nasser Larguet. Même Florian Thauvin et Dimitri Payet ont retrouvé un semblant de goût de jouer ensemble, c’est vous dire. Le nouvel entraîneur, Jorge Sampaoli, va prendre ses fonctions mardi face à un groupe un peu moins désuni. C’est plus simple pour mettre sa patte sur l’équipe. L’Argentin au tempérament tempétueux vit le football avec passion, un profil qui colle au club et à la ville. Cela pourrait être le joli symbole d’un OM qui ne renie plus son identité.

Le propriétaire de l’OM, Frank Mc Court, arrive d'ailleurs ce lundi à Marseille pour rencontrer les élus de la ville et les supporters...

On dirait qu’il y a eu un déclic dans la tête de Frank Mc Court. Comme si la crise de ces dernières semaines avait fini par le convaincre qu’on ne dirige pas un club sans ses supporters, sans les personnalités et les élus qui gravitent autour. Comme s’il avait enfin réalisé que les discours méprisants de Jacques-Henri Eyraud ne menaient nulle part, sinon dans le mur. Il a entendu la colère des Marseillais. Et rien que ça, on peut le mettre à son actif.

Alors on ne va pas être naïf, tout ne s’éclaire pas un jour nouveau d’un seul coup. Le nouveau président, Pablo Longoria, du haut de ses 34 ans, a du pain sur la planche. Mais au moins il aime le foot. Et il connaît son fonctionnement : c’est lui qui a choisi le nouvel entraîneur. Cela laisse peut-être augurer une fin de saison intéressante. Quelques semaines, quelques mois peut-être où on n’entendra moins de portes qui claquent, de rumeurs sur la vente du club et de manifestations qui dégénèrent pour suivre une équipe qui peut et doit jouer les arbitres dans la course au titre de champion de France. Un peu moins de 'Champions project' et d’OM Arena et un peu plus de football, tout simplement."