Equipe de France féminine de football : Corine Diacre doit changer ou partir

  • A
  • A
2:23
L'édito sport est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

L'Equipe de France féminine de football connaît une période de troubles. Un conflit ouvert a éclaté entre certaines joueuses et la sélectionneuse Corinne Diacre.

L’Equipe de France féminine de football reçoit la Macédoine du Nord ce soir. Corinne Diacre, positive au coronavirus, n’est pas là. Mais la sélectionneuse est dans toutes les têtes à cause de la crise avec une partie des joueuses. Pour vous, il n’y a que deux solutions. Corinne Diacre doit changer ou partir. C’est l’édito sport de Virginie Phulpin.

Corinne Diacre va finir par dépasser Raymond Domenech sur le podium des sélectionneurs les plus critiqués de France. Preuve que le problème est profond entre la sélectionneuse et une partie de son vestiaire. C’est avec les Lyonnaises que le torchon brûle en place publique. En cause, la non-sélection d’Amandine Henry, pourtant capitaine des Bleues. Ce n’est pas la première fois que Corinne Diacre vise une Lyonnaise. Il y a eu ses critiques acerbes du jeu d’Eugénie Le Sommer pendant la Coupe du monde, ou le retrait sans ménagement du brassard de capitaine à Wendie Renard.

C’est son fonctionnement, à Corinne Diacre : aucune tête ne doit dépasser. Elle a une équipe, c’est elle la cheffe, et les joueuses doivent rentrer dans le rang, sinon c’est la punition. Dans un camp militaire, c’est peut-être la bonne méthode. En Equipe de France, j’ai des doutes. Cette équipe a perdu sa joie de jouer. Reynald Pedros, le consultant foot d’Europe 1 et ancien entraîneur de l’OL, dit qu’elles vont en sélection la boule au ventre. L’ambiance martiale ne leur réussit pas, les Bleues font du sur-place. Elles ne seront sans doute pas inquiétées par la Macédoine du Nord, mais dans les grandes compétitions, ça bloque. Une ambiance pesante pour une absence de résultats probants, c’est compliqué à défendre.

Les joueuses se plaignent maintenant ouvertement

Pas toutes, bien sûr. Mais les Lyonnaises, oui. Il faut dire que ce sont elles les cadres de l’Equipe de France. Donc elles osent plus facilement parler. S’il n’y avait qu’une joueuse à se plaindre, on prendrait des pincettes. Mais là, ça n’est pas le caprice d’une personne. C’est une vraie vague de mécontentement. Alors à la fédération, on fait comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes. Le contrat de Corinne Diacre a été prolongé jusqu’en 2022, jusqu’à l’Euro. Et on avoue juste que la sélectionneuse a peut-être quelques problèmes de communication mais rien de grave.

L’art de sous-évaluer une crise. Cette équipe doit se construire autour des Lyonnaises. Ces joueuses cinq fois championnes d’Europe de suite sont la colonne vertébrale des Bleues. Leur soif de gagner, leur fluidité dans le jeu, on doit les retrouver aussi en Equipe de France. Et ça n’est pas le cas. Je ne dis pas qu’elles doivent avoir tous les droits parce que ce sont les meilleures. Non. Mais Corinne Diacre doit dialoguer avec elles, les inclure dans le projet. Donc soit on se met autour d’une table et on crève l’abcès, soit on passe à autre chose. Franchement, je suis presque contente que l’Euro ait été repoussé d’un an. Au moins, ça laisse le temps de régler le problème.