Municipales : à qui peut profiter l’abstention des électeurs âgés ?

, modifié à
  • A
  • A
2:02
Le fait politique est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Face au risque de contamination du Coronavirus et de sa dangerosité accrue pour les personnes âgées, leur abstention promet d'être massive lors du premier tour des élections municipales. Même s'ils peuvent voter par procuration, cela pourrait avoir un impact sur le résultat du vote.

C’est le risque d’une épidémie politique, le virus de l’abstention. Cette crainte fédère l’ensemble des partis politiques.

Alors que la participation aux scrutins des municipales est annoncée comme plus faible qu’en 2014, la peur d’être contaminé au moment d’accomplir son devoir électoral peut changer la nature du vote des personnes âgées. 

Les consignes pour éviter d’exposer les personnes les plus fragiles sont drastiques, elles ont été annoncées par le président de la République et il pourrait être entendu. Ces électeurs sont tentés de rester chez eux dimanche prochain, d’où les facilités accordées pour les procurations. 

Il y a un parti qui ne craint pas ce risque de l’abstention c’est La République en marche. Pourquoi ?

Tout d’abord, il faut préciser qu’il n’y a aucune volonté de faire peur aux électeurs de la part du gouvernement lorsque il prend les décisions de santé publique qui s’imposent.

Mais ces décisions ont des conséquences. L’électorat plus âgé vote beaucoup, attaché à ce droit fondamental de la démocratie, et il vote principalement à droite.

Voilà qui pourrait modifier à la baisse le score des listes présentées par la droite sur le territoire, c’est ce qui se dit dans les états majors politiques.

Du côté de La République en marche, cette perspective serait toutefois une maigre consolation. En effet, chez marcheurs on ne ne se cache plus pour le dire, les résultats des municipales ne seront pas bons.

Contaminée par le Covid-19, l’élection de dimanche va faire apparaître une attitude d’un genre inattendu,

l’abstention par confinement. Cela confirme au passage une fois de plus l’adage politique "Dans un quinquennat, rien ne se passe comme prévu".