L’autre remaniement : que se passe-t-il à l’Élysée ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique est une chronique de l'émission Toute l'info du week-end
Partagez sur :

Chaque matin, Michaël Darmon évoque un sujet précis de la vie politique.

Depuis jeudi soir, avec le retour du président sur le sol français, le temps du remaniement est ouvert. Édouard Philippe et Emmanuel Macron ont l’intention de prendre leur temps pour ne pas donner le sentiment d’agir sous la pression.
Mais Michaël Darmon nous parle ce vendredi de l’autre remaniement, celui qui se prépare à l’Élysée.

Emmanuel Macron l’avait annoncé en pleine affaire Benalla, Ie secrétaire général de l’Élysée (Alexis Koehler) s’est attelé à une réorganisation des services de l’Élysée.
Pour le président, si des abus ont pu être commis par son ancien garde du corps c’est à cause de la dispersion des décisions au sein du palais.

Il est vrai que l’on se demande parfois si l’administration élyséenne n’est pas dirigée par le roi Ubu. Par exemple, le service qui imprime les cartons d’invitations n’est pas le même que celui qui vérifie les invités.
Autre exemple sur la sécurité présidentielle. À l’intérieur des murs, c’est un gouverneur militaire qui assure la protection présidentielle. Mais dès qu’il franchit le porche et met un pied sur le trottoir ce sont les policiers de la préfecture qui prennent le relais.
Des millefeuilles d’habitudes sédimentés au cours des années passées, tout cela va changer très prochainement.

En quoi va consister ce remaniement annoncé ? Et quand? Cet été l’Élysée disait pas avant la fin de l’année.

La première information concerne le calendrier, ce sera plus tôt que prévu pour mi-septembre. Un directeur général des services, une sorte de super DRH, va être nommé. Il aura pour charge de lancer la réforme interne de l’Élysée avec la création de pôles plus rationnels. Ça ne se fera pas en un claquement de doigts puisque presque un milliers d’employés font tourner le palais.

Mi-septembre également, c’est une information Europe1, un directeur de la communication sera nommé. Il sera chargé de coordonner les messages ou les prises de position sur l’action du président de la république. Une tâche délicate car il faudra tenter de trouver une harmonie entre les différents positionnements d’Emmanuel Macron. Le président qui, un jour, peut recadrer un ado qui ose l’interpeller par son prénom et, un autre jour, autorise un concert de la scène techno à l’Élysée.
Mais selon un proche du chef de l’État : “Il existe un équilibre entre les deux présidents”.

En tout cas ces jours ci, une des lois de la politique est respectée : un remaniement peut en cacher un autre.