Couac de l'annulation des mesures de novembre : "Dans la majorité, on compte les jours avant la trêve de Noël"

  • A
  • A
4:00
Le fait politique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque matin, Michaël Darmon évoque un sujet précis de la vie politique.

 

Bonjour Michaël, Matignon a renoncé aux premières mesures d’allégement de charges annoncées en novembre estimant qu’elles ne s’imposaient plus. Est-ce cette décision de risque pas de compromettre le retour au calme ?

Une certitude : on ne s’ennuie jamais avec la majorité. Son potentiel créatif reste intact ! Lundi, le patron des députes LREM a expliqué que leur problème c’est d’avoir été trop subtil trop intelligents et trop techniques pour expliquer les mesures pouvoir d’achat….En bref, en toute modestie il va falloir faire simple et lisible.

Alors place aux travaux pratiques ! Hier, devant les députés le Premier ministre est venu expliquer la hausse de la prime d’activité aux députés : c'est plus de justice sociale et plus de bénéficiaires. Édouard Philippe a motivé les troupes pour le service après vote  et surtout pour les convaincre : tout va bien, il est totalement sur la ligne du président. Bon, en général lorsqu’on se sent obligé de rappeler ces principes, c’est qu’il y a un petit souci mais passons.

Donc on a compris que l'apaisement et le dialogue sont au programme. Mais voilà, à 17 heures le gouvernement annonce l’annulation des mesures de novembre sur le pouvoir d’achat : hausse du chèque énergie, réforme du barème kilomètre, doublement de la prime de la conversion, au motif qu’elles ne s’imposent plus. De quoi atterrer des élus de LREM qui s’emportent très fort et le font savoir. Et à 19 heures, Matignon annule l’annulation !

Après en avoir discuté avec les parlementaires de la majorité dit Matignon.  On vous le disait apaisement et dialogue. Alors on se pose la question : et si c’était vrai ? Et si cette équipe était trop subtile et trop intelligente ?

D'autant que la boîte de Pandore est encore ouverte, car vous avez déniché une autre hausse de taxe qui n’a pas été annulée elle concerne les agriculteurs.

Oui, cachée dans un recoin du projet de loi de finance sous le sigle RPD, redevance pour pollution diffus, en clair les pesticides divers et variés. Une hausse sur cette redevance encore au budget pourrait rapporter 50 millions d’euros à l’Etat avec pour conséquence, un poids supplémentaire sur les trésoreries des exploitants. Le budget est revenu à l’Assemblée, et on verra si cette mesure sera allégée ou reportée. La réponse dans est attendu dans quelques jours.

Dans la majorité, on compte les jours avant la trêve de Noël. Depuis fin août, en crise perpétuelle, la Macronie continue à marcher mais en zigzag