Comment expliquer les bonnes relations entre Emmanuel Macron et le nouveau président ukrainien ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique est une chronique de l'émission Trois heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Michaël Darmon évoque un sujet précis de la vie politique. Mercredi, il se penche sur les bonnes relations entre le président français et son homologue ukrainien, élu dimanche.

Dimanche le comédien comique Volodymyr Zelensky a été élu à la tête de l'Ukraine. Une victoire dont le président Macron a été le premier à féliciter son nouvel homologue. Mais quels sont les liens qui unissent ces deux présidents ?

Le 12 avril dernier, entre les deux tours de l’élection présidentielle ukrainienne, Emmanuel Macron a rencontré Volodymyr Zelensk. Une rencontre hors agenda et protocole et un dialogue très libre également sur la situation dans les deux pays et les derniers développements en France autour du "grand débat national" notamment. C’est vrai que les prestations marathons du président Macron ont intéressés l’homme de spectacle et que des conseils ont pu être échangés. 

 

Le Français a 40 ans, l'Ukrainien 41, ils appartiennent à la même génération. Lorsqu'on lui pose des questions sur ses références entre Coluche et Pépé Grillo, Volodymyr Zelensky répond : "Je suis Un Macron ! Nous avons le même âge et je vais tout changer dans mon pays !"

Un récit de Bernard-Henri Levy sur CNews, le philosophe a rencontré Volodymyr Zelenski  il y a quelques semaines dans le cadre d’une tournée européenne. Au téléphone, Emmanuel Macron a tenu à rappeler les liens entre la France et l’Ukraine et a salué l'intensité de la vie démocratique en Ukraine. Traduire : une performance du dégagisme puisqu'un comique a sorti l'apparatchik. Il a aussi insisté sur le retour de l'intégrité territoriale en Ukraine, une pierre dans le jardin russe.

Mais quel intérêt pour Emmanuel Macron de se positionner ainsi sur l’échiquier russo-ukrainien ?

Tout d’abord n’oublions pas que même si les intérêts nationaux et européens sont prépondérants, les dossiers internationaux continuent d’occuper fortement l’agenda présidentiel. Ensuite, nous sommes à la veille d’un changement de poste diplomatiques de grande ampleur près d’une soixantaine d’ambassadeurs qui vont changer de postes ou être nommés. C’est le premier remaniement diplomatique de Macron et les défis du quai d’Orsay sont immenses. À défaut d’une doctrine influente, le président cherche toujours à raconter son histoire. Il se branche sur sa classe d’âge et ceux qui bousculent les codes.

 

Par ailleurs, autour de la table du dernier G20 en Argentine, Emmanuel Macron a constaté que les dirigeants démocrates étaient de moins en moins nombreux. D’où l’insistance du président français sur la vitalité démocratique en Ukraine. Pour faire prendre conscience au jeune président ukrainien, comique de profession il y a encore quelques jours, que le recul des régimes démocratiques parmi les grands pays peut faire passer l'envie de rire.