EDITO - Affaire Benalla, "la fureur surjouée des macronistes, la dignité outragée des sénateurs"

, modifié à
  • A
  • A
4:07
L'édito d'Hervé Gattegno est une chronique de l'émission Europe Matin - Week-end - 6h-9h
Partagez sur :

Chaque dimanche, Hervé Gattegno, directeur de la rédaction du "Journal du dimanche", livre son édito sur Europe 1.

Vous revenez sur le bras de fer de la semaine, entre le Sénat et l’Élysée à propos de l’affaire Benalla. Les sénateurs ont saisi la justice parce qu’ils soupçonnent trois collaborateurs du PR de faux témoignages devant la commission d’enquête. L’Élysée dénonce une agression politique. D’après vous, qui a raison ?

Je dirais tout le monde. Le Sénat a le droit de transmettre des éléments à la justice après une commission d’enquête. Mais l’Élysée a bien le droit aussi de dire que c’est un geste politique puisque c’en est évidemment un. Qu’une des deux assemblées dénonce formellement des collaborateurs du président de la République pour qu’une enquête soit ouverte, peut-être même des poursuites, c’est un acte absolument inédit sous la Ve République qui a une signification très forte. Que les sénateurs l’aient fait au moment où Emmanuel Macron est affaibli par la crise des "gilets jaunes", ce n’est pas anodin non plus.

Donc il était logique que ça le mette très en colère, d’autant qu’il ne goûte pas tellement les contre-pouvoirs... Cela dit, ce sur quoi je ne donne raison ni aux sénateurs ni à l’Élysée, c’est sur la mise en scène : la fureur surjouée des macronistes et la dignité outragée des sénateurs, c’est du mauvais théâtre joué par de mauvais acteurs.

Tout de même, est-ce qu’il n’est pas sain dans une démocratie comme la nôtre que le Parlement exerce une fonction de contrôle, quitte à déplaire au président ?

Dit comme cela, ça ne se discute pas. Nous avons assez de relents monarchiques dans notre système ultra-présidentialiste pour ne pas vouloir de rééquilibrage. Mais il y a assez de confusion dans notre pays en ce moment pour ne pas en ajouter au sommet de l’État. J’entends beaucoup qu’on invoque la séparation des pouvoirs pour donner raison aux sénateurs. En réalité, c’est l’inverse : dans notre Constitution, le Parlement contrôle le gouvernement, pas l’exécutif – donc pas la présidence de la République.

Ce n’est pas aux sénateurs de dire si la sécurité de l’Élysée est correctement assurée, ni qui a les compétences pour s’en occuper ; c’est pourtant exactement ce qu’ils ont fait dans leur rapport sur l‘affaire Benalla. Et ils ne l’ont évidemment pas fait pour aider le pouvoir, comme ils le prétendent hypocritement, mais pour le faire trébucher. On dira que c’est de bonne guerre – peut-être. Mais au moins sortons de l’hypocrisie. Oui, il faut des mécanismes pour contrôler le pouvoir. Mais dans l’usage de ce pouvoir de contrôle, les parlementaires devraient… se contrôler.

Si la guerre s’installe entre Emmanuel Macron et le Sénat, quelles peuvent être les conséquences politiques ? Est-ce que, par exemple, ça peut bloquer le projet de révision constitutionnelle ?

Le Sénat a quasiment toujours été dans l’opposition au président de la République, donc c’est tout sauf une révolution. Ce qui est vrai, c’est que le Sénat et son président, Gérard Larcher, ont aidé Emmanuel Macron pour faire passer vite les mesures destinées à répondre aux "gilets jaunes" à la fin de l’année et pourtant, le climat s’est tendu. De là à penser, comme le disent certains partisans un peu trop zélés du président de la République, qu’il faudrait s’attaquer au Sénat, voire le supprimer, c’est une absurdité. Dans toutes les grandes démocraties, il y a deux assemblées parlementaires, qui n’ont ni la même fonction ni la même composition.

J’ajoute que ce serait une drôle de façon pour Emmanuel Macron de répondre aux critiques sur son mépris des élus locaux que de vouloir supprimer la chambre qui est censée les représenter. Et puis il faut ramener cette affaire Benalla à ses justes proportions : c’est une affaire de cornecul, qui ne vaut certainement pas tout ce tapage ni toutes ces tensions. On a parlé d’affaire d’État ; ça n’en est pas une mais si l’Élysée réagit systématiquement de travers, c’est une affaire qui va laisser le pouvoir dans un drôle d’état.