Vers un code de la route pour l’espace ?

  • A
  • A
3:05
En attendant demain est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

La semaine dernière, une collision a été évitée de justesse entre deux satellites. Suite à cet événement, la question d'un code de la route pour l'espace se pose pour éviter de futurs accidents.

Après le code de la route et le code maritime, il y a urgence à définir un code de la circulation spatiale car le trafic de satellites devient infernal et on a même frôle le drame la semaine dernière.

Un accident qui aurait été historique en étant la toute première collision entre deux satellites.  D’un côté, Aeolus de  l’Agence spatiale Européenne (chargé d’observer la terre) et de l’autre un modèle Starlink 44 (appartenant à la société Space X d’Elon Musk, l’inventeur sud-africain de la Tesla).

Que s’est-il passé en fait ?
La scène ressemble étrangement à une querelle entre deux automobilistes qui refusent de céder la passage en s’invectivant "ce n’est pas à moi de bouger, déplace ta voiture toi-même !" sauf que là ça se passait via des mails. Lorsque l’agence européenne a compris que l’Américain ne bougerait pas son engin spatial d’un mètre, alors que le risque de choc était réel, elle a réalisé une manœuvre in-extremis en allumant ses moteurs en dépensant donc du précieux carburant afin d’éviter la collision.
Aucune victime n’aurait été à déplorée mais l’agence européenne, furibarde après cet incident, en a profité pour réclamer d’urgence un code de la route pour l’espace. Aujourd’hui, au-dessus de nos têtes et sans que l’on y prête vraiment attention, c’est le grand embouteillage. Et ça va être de pire en pire !
C’est à dire qu’il y a de plus en plus de trafic ?
Aujourd’hui, il y a environ 2.000 satellites opérationnels en orbite terrestre c’est-à-dire dans une immense zone comprise entre 300 à 550 kilomètres de la terre voire 36.000 kilomètres pour les plus lointains. Ils tournent autour de notre planète à une vitesse de 10 km/seconde c’est à dire 36.000 km/ heure quand même. Avec la géolocalisation des objets, la surveillance accrue de notre planète c’est l’inflation de satellites. Un Français utilise en moyenne 40 satellites par jour. On estime à 7.500 leur nombre en orbite d’ici 2025 sans compter ceux d’Elon Musk qui veut absolument rentabiliser sa rampe de lancement en vendant à tour de bras pour rendre internet universel. Sa "méga constellation" pourrait compter 12.000 satellite en 2020, autant dire que l’espace ressemblera à l’autoroute du soleil en plein mois de juillet.

À quoi ressemblera ce code de l’espace ?

Il faut établir des règles coercitives. Qui doit céder le passage en cas de risque de crash ? Faut-il instaurer la priorité à droite comme à nos carrefours ? La priorité au premier installé ? Faut-il construire des feux tricolore en orbite ou des stop ? Faut-il créer des gendarmes pour verbaliser les chauffards de l’espace, et même des dépanneuses en cas de collision ?  Tout est à inventer ! L’espace est devenu plus dangereux qu’une petite route de campagne.