Le polar de Poirette : "Les mafieuses", de Pascale Dietrich

SAISON 2018 - 2019
  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque samedi, Bernard Poirette vous fait découvrir ses coups de cœur en matière de polar.

D’abord, il y a Michèle, la matriarche. Toute sa vie elle a été mariée à Leone Acampora, historique mafioso grenoblois, tombé dans un coma irréversible. Ils ont eu deux filles : Dina, qui fait dans l’action humanitaire, comme pour racheter les crimes de son père. Et sa sœur Alessia, pharmacienne de son état. Mais entre deux ordonnances, pourvoyeuse de tous les camés de la ville. Son arrière-boutique, c’est le paradis de la poudre, le nirvana des amphétamines.

Et donc, Leone est en train de claquer. Mais le vieux malfrat ne compte pas faire le voyage en solo. Il a écrit un mot à sa douce et tendre, pas très fidèle, c’est vrai, ce qu’il n’a pas apprécié : "Michèle, nous sommes inséparables, dans la vie comme dans la mort. J’ai décidé que nous partirions ensemble. J’ai trouvé quelqu’un qui va s’occuper de tout. J’ai l’assurance que tu ne souffriras pas".

Se morfondre, c’est pas le genre des femmes Acampora. En conséquence, la mère et les deux filles vont se mettre en chasse de l’exécuteur et lui faire la peau avant qu’il remplisse son contrat. Ca donne un polar très original et très très jouissif. 150 pages, à fond de train, beaucoup à Grenoble et un peu à Milan. Et en plus, c’est drôle ! Entre autres scènes, la visite de Michèle aux papys mafieux en maison de retraite, pour leur faire cracher le nom du tueur qui doit la liquider est un moment assez génial. Autre temps fort : Alessia au chevet de son père comateux, un sécateur à la main, pour lui faire avouer qui doit buter sa mère et quand.

Bon, en résumé, "Les mafieuses", de Pascale Dietrich, qui vient de paraître chez Liana Levi est un polar selon moi hautement recommandable. S’en priver serait pêché.

Les émissions précédentes