Le polar de Poirette - "La maison des mensonges" de Ian Rankin

  • A
  • A
Le polar de Poirette est une chronique de l'émission Toute l'info du week-end
Partagez sur :

Chaque samedi, Bernard Poirette vous fait découvrir ses coups de cœur en matière de polar.

En 2006, l’enquête sur la disparition de Stuart Bloom avait été saccagée par la police écossaise. Pièces trafiquées, investigations bâclées, soupçons de corruption massive. Et le corps du jeune détective privé homosexuel jamais retrouvé. Dix ans plus tard, au fond d’une ravine pas loin Édimbourg, des gamins repèrent une voiture rouge. Dans le coffre, les restes de Bloom, les jambes menottées.

Une sortie de retraite comme une grâce divine

 

C’est l’inspectrice Siobhan Clarke qui hérite de la nouvelle enquête et elle n’a pas la partie facile. Car certains flics de l’époque sont encore en service et pour eux, l’oubli est préférable. Surtout deux d’entre eux, Steele et Edwards, véreux jusqu’au trognon, hier comme aujourd’hui. Pour ne pas se noyer dans le cloaque, Siobhan fait appel à son vieil ami John Rebus. Il était dans la première équipe, en 2006. Il n’en est pas sorti grandi. Désormais à la retraite, il occupe son temps à soigner sa santé défaillante, à écouter de la musique conceptuelle et à faire pisser son chien. En un mot : il s’emmerde ; et la proposition de coup de main de Siobhan lui tombe dessus comme une grâce divine.

Mais attention : pas question pour lui de mettre un pied au siège de la police, d’où il est désormais banni. Rebus va devoir la jouer discrète ; ce n’est pas son fort et c’est l’un des intérêts de ce nouveau polar de Ian Rankin, le 17ème de la série John Rebus. Et ma foi, on passe un sacré bon moment avec le vieux flic acariâtre, dépassé par le monde moderne et ses avatars technologiques mais qui n’a pas son pareil pour faire cracher le morceau à un malfrat deux fois plus gros que lui.

A déguster doucement, avec un bon scotch, sous le parasol cet été !

La maison des mensonges, de Ian Rankin, vient de paraître aux éditions du Masque.

Et sur ce, permettez-moi de vous souhaiter un très bon été de lecture. Je vous retrouve fin août pour une nouvelle saison de "C’est à lire. Bonnes vacances à toutes et à tous !