Travail, crèmes anti-rides, la France mystérieuse

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Partagez sur :

Isabelle Quenin, Nicolas Carreau et François Geffrier font le point sur l'actualité du jour.

La presse en région avec François Geffrier. François, à la Une ce matin, vous nous dites : au travail !

Oui enfin c'est surtout la Voix du Nord qui demande aux candidats à la présidentielle de s'y mettre. Le titre de la voix du nord, ce matin : "Emploi, y'a du boulot !" Les candidats feraient bien de l'entendre, c'est la préoccupation première des Français. Le journal consacre deux pages à ce sujet, avec notamment cette petite annonce sur la région lilloise : 460 Contrats CDI toujours en attente. C'es tle groupe O2 qui recrute, dans le secteur des services à domicile, notamment pour de la garde d'enfants.

Le travail est aussi à la Une du Courrier de l' Ouest, mais c'est moins positif, le journal met en avant ces 400.000 retraités obligés de travailler pour vivre avec suffisamment de revenus. Les petites retraites et le minimum vieillesse sont largement insuffisant. Et puis, je vous donne la Une du Courrier Picard: transport ferroviaires, une session de formation pour des trains à l'heure. Alors on ne sait c'est pas si le Courrier Picard fait de l'humour ou bien si la SNCF et la région Hauts-de-France ont vraiment lancé une formation pour que les conducteurs de train arrivent aux horaires prévus.

 

La personnalité du jour est un patron

 

Oui le patron de DataNuage, une jeune entreprise, une startup, basée à Saint Florent du Cher. C'est le Berry Républicain qui en fait sa Une. Je vous décris la photo. Un homme en train de ranger des cartons sur des étagères. Jusque là, tout est normal. Mais ce monsieur a sur la tête des lunettes un peu spéciales. 

C'est un casque de réalité virtuelle. Des lunettes transparentes, mais qui sont en même temps des écrans, c'est-à-dire que des informations s'affichent sur le verre ça permet de se guider dans un entrepôt, de vérifier l'état des stocks d'une entreprise en un clin d’œil, les lunettes sont bien sûr connectées à Internet.

Et avec ça le manutentionnaire garde les mains libres pour son travail, tout en ayant toutes les informations nécessaires comme s'il avait avec lui un ordinateur dans les lunettes. Il y a aussi une reconnaissance vocale, donc on peut parler à ses lunettes et elles vous répondent. Ça doit faire bizarre dans l'entrepôt.
En tout cas ce chef d'entreprise, Franck Jeannin développe son business, il a des liens avec Microsoft, après avoir déjà travaillé avec les laboratoires Urgo ou encore le groupe de luxe LVMH.

-

 

Isabelle Quenin, les femmes et les hommes ont-ils la même peau ?

C’est vrai que l’on peut se poser la question vu le nombre de fois où il nous pique notre crème de soins, ce qu’il emprunte le plus en douce aussi c’est l’actif "contour des yeux".

 

Alors les deux peaux sont-elles identiques ?

 

Non et même loin de là, et côté peau, les hommes ont l’avantage.  Leur peau est 20 % plus épaisse  que la nôtre, plus ferme aussi et cela  vient de la testostérone, l’hormone mâle par excellence. 10 fois plus de testostérone chez les hommes, nous on en fabrique qu’un tout petit peu et c’est dommage parce que c’est la testostérone qui booste la fabrication de collagène ! Donc une peau de garçons est  plus élastique, plus ferme, plus épaisse. Elle va moins subir les agressions extérieures.

 

Que du bonheur ?

 

Non, car ils vont eux aussi subir leur lot de défauts, une peau plus grasse cela veut dire des glandes sébacées plus nombreuses et plus volumineuses, de 30 à 50 % de sébum en plus et donc de risque de points noirs et de boutons.

Quand on est ado on le remarque les garçons ont une acné plus sévère que les filles, c’est l’effet calculette. Et ce n'est pas tout, l’homme transpire beaucoup plus que la femme. Regardez un peu les plateaux télé : on y voit parfois les invités hommes ruisseler alors que les femmes contrôlent.

Donc les crèmes de soins ce n’est pas qu’un truc de gonzesse, et en attendant à chacun son pot.

 

Alors on achète quoi ?

 

De l’hydratant, du nettoyant et du pas trop cher. Chez l’Oréal le soin hydra-énergétique barbe de trois jours sur internet en promo à 8 euros ; Chez Nivea, le gel nettoyant fraîcheur à 11 euros 40 ; Chez Lierac le nettoyant purifiant à moins de 10 euros ; Chez Nuxe, le gel hydratant, un peu plus cher à 17 euros. Alors qui va piquer la crème de qui ?

 

-

 

Nicolas Carreau, vous êtes bien mystérieux ce matin

C’est à cause de mon livre du jour. La France mystérieuse, signé David Galley, aux éditions de l’Opportun. C’est un pavé passionnant, vous avez pour votre argent avec 60 enquêtes sur des énigmes historiques, des lieux hantés, bien entendu et/ou des phénomènes étranges et inexpliqués.

Et aux quatre coins du pays donc

Voilà. Si vous ne savez pas où partir cet été, je vous propose ce guide. Alors, j’ai pioché dans vos régions les amis. Je commence par le boss. Samuel, donc, Bretagne. Ce n’est pas les mystères qui manquent là-bas. Connaissez-vous le phare de Tévennec ? Pardon Le phare damné de Tévennec. Il se trouve au large de la pointe du Van, donc au bout du bout de la Bretagne. Il est isolé sur un rocher. Mais surtout il est donc maudit. A sa construction déjà en 1870, des oiseaux tournaient autour du chantier et les ouvriers jurent les avoir entendu crier "kers kuit". C’est-à-dire "va-t-en" en breton, comme un avertissement. Le soir, on entendait, parait-il, des voix qui hurlaient, comme des gens qui se querellaient. On construit une croix au cas où, mais rien n’y fait. Les gardiens de phare se succèdent et tous sont témoins de phénomènes étranges : toujours ces voix principalement, ces voix de fantômes. 

Encore aujourd’hui ?

Oui. Mais on sait pourquoi maintenant. Il y a quelques années, des plongeurs ont découvert une grotte sous-marine, un tunnel sous le rocher. Et c’est la marée, le mouvement de la mer, qui crée ces bruits ! Isa, j’en ai un pour vous aussi. Donc Pyrénées orientales. Le sarcophage miraculeux d’Arles sur Tech. Il a contenu des reliques, mais il est vide maintenant. Et pourtant, il produit une eau miraculeuse dotée de pouvoirs de guérison.

Et François ?

Alors, François, c’est Paris. Pareil, il y en a plein. Et notamment, l’étrange héritage de la comtesse Demidoff. Une femme très riche qui mourut à 39 ans à peine, en 1818. Elle aurait à l’époque inscrit sur son testament que celui ou celle qui accepterait de la veiller, jour et nuit, à côté de sa tombe, toucherait la totalité de son héritage.

Et quelqu’un l’a fait ?

Il faut lire pour le savoir !

Lire donc La France mystérieuse aux éditions de l’Opportun.

Les émissions précédentes