L’alcool frelaté explose dans le monde avec des conséquences dramatiques

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde dans votre radio est une chronique de l'émission Votre grand journal du soir
Partagez sur :

Dans certains pays d'Afrique ou d'Asie, on trouve certains produits extrêmement nocifs dans des bouteilles d'alcool de contrefaçon ou issus de la contrebande. Cela a provoqué la mort de 140 personnes en Indonésie au mois d'avril.

D’abord cette alerte à l’alcool frelaté. Il se confirme qu’en Asie ou en Afrique, on trouve à peu près de tout dans les bouteilles d’alcool, sauf des fruits ou des plantes…

Oui en Indonésie par exemple, en avril dernier, 140 personnes sont mortes après avoir bu un breuvage de contrebande. La police en a saisi un stock. L’alcool en question contenait du répulsif anti-moustiques et un sirop contre la toux. Autre exemple, au Kenya, il existe une sorte de bière, très connue, qui s’appelle "chang’aa", ce qui veut dire "tue-moi vite". Au moins vous êtes prévenu. Il s’agit normalement de maïs, de millet ou de sorgo fermenté mais le "chang’aa" est très souvent coupé au méthanol et distillé avec des eaux souillées. Dans d’autres alcools, il arrive aussi de trouver des produits qui servent à l’embaumement des corps, du formol ou de l’acide de batterie.

Autant de produits absolument pas comestibles, faut-il le rappeler ! Mais où trouve-t-on tout ça ?

Dans des alcools illégaux évidemment. Soit de la contrefaçon, de la contrebande, soit il s’agit de breuvages "faits maison", de façon totalement artisanale. Et les pays les plus touchés sont bien-sûr les plus pauvres car ces cocktails sont infiniment moins chers que l’alcool officiel, légal. En 2014, l’Organisation mondiale de la santé estimait que presque un quart de la consommation totale était issue du secteur informel. Eh bien une autre étude vient de sortir, signée d’une ONG qui lutte contre "l’usage nocif de l’alcool". Etude qui montre que dans certains pays, comme le Mozambique, l’Ouganda ou le Cameroun, c’est carrément plus de la moitié de l’alcool consommé qui est illicite.

Ça a des conséquences sur la santé, on imagine…

Evidemment. C’est le type de facteur qui creuse les inégalités, en matière de santé mais aussi de pauvreté tout simplement. L’étude de cette ONG pointe aussi le manque à gagner fiscal pour les Etats, d’autant plus important que le marché noir prend de l’ampleur. Et je précise là que cette ONG est soutenue par l’industrie de l’alcool, qui elle aussi perd de gros marchés face aux boissons frelatées. Donc cette étude n’est pas totalement désintéressée, voilà pour le décryptage. Mais pour autant elle reste intéressante. Et plus globalement, que ces boissons contiennent de l’anti-moustique ou pas, on peut rappeler que l’usage nocif de tout alcool entraîne plus de trois millions de décès chaque année dans le monde. Il joue un rôle dans plus de 200 maladies et traumatismes. Donc souvenons-nous : toujours avec modération.

Et puis vous savez que l’Union européenne a beaucoup de crises à régler en ce moment, entre la guerre de l’acier et les migrants. Celle dont on va vous parler ce soir est plus surprenante. Isabelle Ory, vous êtes la correspondante d’Europe 1 à Bruxelles. C’est une vache bulgare qui met Bruxelles dans tous ses états !

Une belle vache rousse baptisée Penka. Il y a un mois, Penka a faussé compagnie à son troupeau dans l’ouest de la Bulgarie. Dans l’Union européenne donc, c’est important pour la suite. Elle a voulu voir si l’herbe était plus verte de l’autre côté de la frontière toute proche. Sans le savoir elle est passée en Serbie, hors de l’Union donc. Et c’est là que ses ennuis ont commencé. Un paysan serbe l’a retrouvée, il a voulu la ramener à son propriétaire. Mais les autorités bulgares s’en sont mêlé. Interdiction d’entrer dans l’UE sans papier en règle, il faut un certificat. Comme la vache avait passé la frontière sans papier la première fois, c’était l’impasse administrative. Il faut l’abattre a tranché Sofia.

Assez radical, non ?

La presse s’est saisie de l’affaire. Notamment les tabloïds britanniques, ils adorent dénoncer les absurdités des normes européennes. Ils ont lancé une pétition pour sauver Penka, 30.000 signatures en quelques jours. Y compris celle de Paul McCartney l’ancien Beatles. La Commission européenne a dû passer de longues minutes à expliquer que la législation sur le transport d’animaux est très stricte, pour nous protéger nous les consommateurs et qu’on ne badine pas avec ça.

Et donc cette pauvre vache a pris le chemin de l’abattoir ?

Non, je vous rassure, l’histoire finit bien. Vu l’ampleur qu’elle a prise, les Bulgares ont décidé de gracier Penka. Elle a été mise en quarantaine et comme elle est en bonne santé, elle va rentrer à la maison cette semaine. Ça a permis au porte-parole de la Commission de sourire un peu, c’est rare ces jours-ci. Il a fait un parallèle entre l’odyssée de Penka et le Brexit. "Vous voyez a-t-il, lancé aux journalistes britanniques. Quitter l’Union européenne et y revenir, c’est possible."

En bref, en Israël, le lac de Tibériade va être renfloué à l’eau de mer !

Vous savez que les ressources en eau sont rares dans cette région. Et le lac de Tibériade, qui est la principale réserve d’eau douce d’Israël, s’assèche dangereusement depuis cinq ans, au point que le volume d’eau pompée a été divisé par dix. Le gouvernement a donc décidé d’y acheminer de l’eau de mer, qui aura été au préalable dessalée bien-sûr, par l’une des rivières qui se jette dans le lac. Le plan prévoit de déverser, d'ici à 2022, 100 millions de mètres cubes d'eau dessalée chaque année dans le lac de Tibériade.