Raymond Poulidor n'était pas qu'un éternel second, Patrick Balkany reste en prison, les écarts femmes-hommes au travail se réduisent

, modifié à
  • A
  • A
Le journal de 8h d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Le Brief - Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actu de ce mercredi 13 novembre à 17h : Raymond Poulidor, qui est mort à l'âge de 83 ans, n'était pas qu'un éternel second ; Patrick Balkany reste en prison après le refus de sa deuxième demande de mise en liberté ; les écarts femmes-hommes au travail se réduisent, notamment en début de carrière. 

Raymond Poulidor n'était pas qu'un éternel second

Raymond Poulidor est mort ce matin à l’âge de 83 ans, vous le savez sans doute. Alors oui Poupou, son surnom, c’était l’éternel second, celui qui n’a jamais le gagné le Tour de France. Mais ce n’était pas qu’un perdant, loin de là, puisqu’il a connu 189 victoires durant sa carrière.

Parmi ses principaux succès : un Tour d’Espagne, l’un des trois Grands Tours, en 1964, et 7 étapes sur le Tour de France. C’est aussi plusieurs grandes courses, comme les classiques Milan San Remo et la Flèche Wallonne Egalement Paris Nice et le critérium du Dauphine Libéré. Pas mal du tout pour un éternel second.

Patrick Balkany reste en prison 

Patrick Balkany reste en prison. Sa deuxième demande de mise en liberté a été rejetée ce matin par la justice. Une première demande de mise en liberté avait été acceptée il y a deux semaines, mais pas la deuxième. Le maire de Levallois Perret serait donc resté en prison, même s’il avait payé sa caution fixée à 500.000 euros. Il a été condamné à quatre ans pour fraude fiscale puis à cinq ans pour blanchiment.

Les écarts femmes-hommes sur le marché du travail se réduisent 

C’est un vrai progrès. Les écarts sur le marché du travail entre les femmes et les hommes sont en train de se réduire. C’est ce qui ressort d’une étude de l’Insee publié aujourd’hui. Point positif : 68% des femmes sont actives contre 76% des hommes. Un écart de 8 points, oui, mais c’est 4 fois moins qu’en 1975. Mais côté salaires on est encore loin de l’égalité. En début de carrière une femme gagne en moyenne 100 euros de moins qu’un homme. Et après 11 ans d’ancienneté ça monte à 410 euros de moins.