Affaire Khashoggi et boycott du "Davos du désert" : l’économie saoudienne dans une mauvaise spirale

  • A
  • A
1:41
L'éclairage éco est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque matin, Nicolas Barré fait le point sur une question d'actualité économique.

L’affaire Kashogghi, du nom de ce journaliste assassiné au consulat saoudien d’Istanbul, est en train de faire fuir les milieux d’affaires occidentaux qui, il y a encore quelques semaines, portaient aux nues le prince saoudien.

Dans quelques jours, à l’invitation du prince Mohammed Ben Salmane plus connu sous ses initiales MBS, le gratin des affaires mondiales devait se rendre pour la deuxième année consécutive à une grande conférence surnommée le "Davos du désert". Rien à voir bien sûr avec le Davos suisse, mais l’occasion pour MBS de vendre aux investisseurs du monde entier son plan de modernisation du pays, baptisé "vision 2030" et conçu avec une armée de consultants occidentaux. Ce plan est en train de s’écrouler. Un par un, les invités se décommandent : Ford, JPMorgan Chase, BNPParibas, Uber, Google, sans parler des médias, tous fuient, en prenant brutalement conscience de la réalité d’un régime qui, depuis le début de l’année, a fait décapiter plus de 50 personnes. Christine Lagarde, la patronne du FMI, a mis un peu de temps mais elle vient aussi de se décommander.

 

La confiance est rompue avec le régime.

Le masque tombe. Les grands discours libéraux de MBS ne sont plus crédibles : d’un côté il autorise les femmes à conduire, de l’autre il jette en prison des militantes des droits des femmes. Un économiste, Essam Al Zamel, qui avait osé douter de l’introduction en Bourse de la compagnie pétrolière Saudi Aramco, est maintenant poursuivi pour terrorisme, rien que cela ! La double face du régime fait fuir les capitaux : 65 milliards de dollars sont partis l’an dernier. Les investissements étrangers s’effondrent : -80%, le plus bas niveau depuis 14 ans. Le Royaume avait absolument besoin des entreprises étrangères pour diversifier son économie totalement dépendante de la rente pétrolière. Elles sont en train de lui tourner le dos.