Il était une fois : Cheval de courses

  • A
  • A
Il était une fois est une chronique de l'émission La voix est livre
Partagez sur :

Comme chaque semaine, nous vous présentons un livre jeunesse. Aujourd'hui, Victor Dhollande vous fait découvrir un imagier intitulé Cheval de courses. 

C’est un petit livre* absolument génial. Dans cet album de tout petit format, presque carré, 60 images (une par page) sont associées à des expressions ou des mots très connus tels que "botte de foin", "pied de nez", "scène de ménage" ou encore "chaîne de vélo". Et là où c’est très fort, c’est que l’auteure, Aurore Petit, a choisi un point de vue surréaliste pour représenter tous ces mots.

Le pain perdu inspiré du Petit poucet. Ici, le cheval de courses n’allonge pas ses foulées dans un hippodrome mais il pousse un caddy dans un supermarché. L’homme de lettres n’est pas un vieux savant penché sur sa feuille blanche mais une silhouette très simple dessinée avec un "t", un "z", un "a" et un "e". Le fusil à pompes est représenté avec une crosse en forme de chaussure. Ou encore le pain perdu qui ne trempe pas dans du lait mais qui est tout seul, perdu dans la forêt. On le voit semer ses propres miettes pour retrouver son chemin.

Pain-perdu

Pour les 6-7 ans. Normalement, en littérature jeunesse, les imagiers sont destinés aux tout-petits. Là, c’est bien différent. Il faut déjà bien comprendre les mots choisis par l’auteure pour saisir son interprétation. Je le conseillerai donc aux enfants à partir de 6-7 ans, pas avant. Les illustrations sont parfaitement senties. Aurore Petit n’utilise que 4-5 couleurs. Elle va à l’essentiel en quelques coups de crayon. Les enfants vont adorer, et même s’ils ignorent le sens premier de certaines expressions, ça va stimuler leur imaginaire. Ils pourraient même être tentés de recréer leurs propres interprétations.

* Cheval de courses d’Aurore Petit (Albin Michel Jeunesse)